Accès direct au contenu

Pour la scolarisation de tous les enfants handicapés

Insertion

Le Rapport mondial sur l’éducation a été publié le 23 juin. Edité par l’UNESCO, il fait le point sur les progrès de l’éducation dans le monde et se concentre, cette année, sur l’inclusion de tous enfants dans le système scolaire, notamment des enfants handicapés. Julia McGeown, référente éducation inclusive de Handicap International, explique les points principaux de ce rapport.

Cet enfant a reçu un fauteuil roulant dans le cadre du programme d’éducation inclusive de HI, ce qui lui a permis de commencer à fréquenter l’école l’année dernière - RWANDA.

© J. Mc Geown / HI

Handicap International défend l’inclusion des enfants handicapés dans le système scolaire. L’association est l’un des contributeurs clés du rapport 2020 de l’UNESCO sur l’éducation.  

Pouvez-vous expliquer le but et l’importance de ce rapport ?

Chaque année, l’UNESCO publie un rapport sur l’éducation qui fait le point sur les progrès des politiques d’éducation dans les différents pays. Il fait des recommandations à l’intention des États et des institutions impliquées dans l’éducation. Cette année, le rapport se concentre sur l’inclusion au sens large : l’inclusion des plus pauvres, des enfants de différentes cultures et de différentes origines, etc. Grâce à notre expérience dans 27 pays où les équipes de Handicap International (H.I.) mènent des projets d’éducation inclusive, nous avons apporté d’importantes contributions sur l’inclusion des enfants handicapés.

Ces derniers mois, alors que 90 % des élèves et des étudiants du monde ont vu leur éducation interrompue, la situation des enfants handicapés a empiré à cause de la pandémie de COVID-19 : souvent, ils n’ont pas accès à l’enseignement à distance. Ils ont aussi été coupés des autres services importants (santé, nourriture, aide psychosociale, protection…) qui leur sont fournis à l’école.

Reste-t-il beaucoup d’enfants handicapés qui ne sont pas scolarisés ?

Près de 25 % du milliard d’enfants du monde ne vont toujours pas à l’école. Parmi eux, au moins 50 % des enfants handicapés sont exclus de l’éducation, dans les pays à revenu faible ou moyen. Dans certains contextes, ce chiffre avoisine les 90 %.

Pourquoi tant d’enfants sont-ils encore exclus de l’école ?

Ils rencontrent de nombreux obstacles : les trajets difficiles pour aller à l’école depuis des zones rurales ou montagneuses qui sont souvent inaccessibles en fauteuil roulant, la circulation dense dans les rues des capitales, l’absence de transports accessibles, etc. À l’école, les enseignants ne sont généralement pas formés et ne reçoivent pas d’aide pour adapter les cours aux enfants avec différents types de handicap. Ainsi, les enfants handicapés n’ont parfois même pas la possibilité d’acquérir les connaissances de base, et peu d’entre eux accèdent à un niveau d’instruction et de formation élevé.

Quelle est l’attitude des gens envers les enfants handicapés ?

Il y a encore beaucoup de préjugés à l’encontre des enfants handicapés : les gens pensent qu’ils sont différents, qu’ils sont nés handicapés parce que leur famille est maudite, qu’ils sont incapables d’apprendre… Résultat, dans les 25 pays examinés dans le rapport, le taux d’alphabétisation des adultes handicapés est beaucoup plus bas que pour le reste de la population, avec un écart par ex. de 41 % en Indonésie. 

Les États font-ils des efforts pour développer des systèmes éducatifs inclusifs ?

Nous observons de grands progrès. Mais cela reste difficile dans beaucoup de pays.  Sur le continent africain, encore trop peu d’écoles sont adaptées aux élèves handicapés (par ex. manque d’accessibilité, enseignants non formés, matériel pédagogique non adapté). Beaucoup de pays ne priorisent pas le sort des enfants handicapés et leurs besoins ne sont pas suffisamment pris en compte lors de la planification sectorielle des politiques. Quand des politiques sont mises en place, elles n’ont pas toujours une approche inclusive ; dans 25 % des pays, la loi prévoit la scolarisation dans des classes séparées, ce taux dépassant les 40 % en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Des efforts pour plus d’inclusion sont nécessaires. Nous dialoguons avec de nombreux États pour les sensibiliser à l’importance d’une éducation inclusive de qualité et les inviter à allouer plus de fonds à cette question.  

Quelles sont les revendications de HI ?

Nous voulons que les enfants handicapés apprennent le plus possible à l'école avec les autres enfants plutôt que dans des établissements séparés ou spécialisés. Ces établissements ont une expertise reconnue et nécessaire, simplement elles ont vocation à devenir des centres de ressources qui soutiennent les écoles ordinaires. Nous voulons que tous les enseignants puissent adapter leurs méthodes d’enseignement aux enfants handicapés. Nous voulons des bâtiments avec des rampes d’accès pour les enfants en fauteuil roulant, des toilettes accessibles, des marquages tactiles et des mains courantes pour aider les enfants déficients visuels. Nous voulons que les supports d’enseignement soient adaptés, avec des emplois du temps visuels et des carnets de liaison faciles à lire, utilisant des symboles simples, afin d’aider les enfants avec un handicap intellectuel. Nous voulons que les personnes handicapées soient en première ligne du débat sur ce qui doit changer. Nous voulons que les gouvernements affectent une plus grande partie de l’aide étrangère à la scolarisation des enfants handicapés.  

Published on: 23 juin 2020

Pour aller plus loin

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »
© HI
Insertion

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »

Mariam a une fille handicapée, Oumou, 9 ans. Elle pensait que sa fille ne pourrait pas faire d’études. Aujourd’hui, elle sensibilise d’autres parents dans la même situation.

Amie apprend enfin à lire et à écrire
© J. McGeown / HI
Insertion

Amie apprend enfin à lire et à écrire

Amie, sept ans, est née avec un handicap physique. Aujourd’hui, elle peut enfin apprendre à lire et à écrire.

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible
HI
Insertion

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible

La Vie est un congolais de 18 ans atteint de nanisme. Il a récemment rejoins notre équipe d'intervention EMIR et contribue aux travaux d'infrastructure sur l'axe de circulation de Mpeti-Pinga.