Accès direct au contenu

Présence renforcée en Libye

Mines et autres armes
Le Conseil national de transition libyen s’est engagé contre les mines terrestres. Ces armes, utilisées pas les forces de Mouammar Kadhafi en mars dernier, représentent aujourd’hui une menace directe pour les civils. Handicap International renforce sa présence sur place et intervient au quotidien pour sensibiliser les populations menacées.
Une munition non explosée sur le sol libyien

Le Conseil national de transition libyen s’est engagé contre les mines terrestres. Ces armes, utilisées pas les forces de Mouammar Kadhafi en mars dernier, représentent aujourd’hui une menace directe pour les civils. Handicap International renforce sa présence sur place et intervient au quotidien pour sensibiliser les populations menacées.

Le Conseil national de transition s’est engagé, dans un communiqué du 27 avril 2011, à ne plus utiliser les mines terrestres (antipersonnel ou anti-véhicule) en sa possession et à les détruire. Le Conseil a également exprimé sa volonté de coopérer au déminage, à la sensibilisation, et d’assister les victimes.

Handicap International se félicite de ces déclarations et espère que la Libye adhérera au plus vite au Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel.

Par ailleurs, Handicap International renforce sa présence sur le territoire pour sensibiliser les populations aux dangers des mines et des restes explosifs de guerre. L’association utilise 20 000 dépliants, 4 000 affiches et 3 000 cahiers illustrés pour les enfants afin de montrer les bons réflexes à adopter en présence de ces armes ou de tout objet inconnu. Elle diffuse  également des spots radio à Benghazi afin de toucher un plus grand nombre de personnes.

23 scouts libyens, formés par Handicap International, interviennent actuellement à Benghazi, et 20 d’entre eux se déplaceront à la frontière tunisienne la semaine prochaine pour informer les personnes déplacées des risques encourus en cas de contact avec les mines ou restes explosifs de guerre.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.