Accès direct au contenu

Stop à la famine dans la Corne de l’Afrique

Urgence
Selon les Nations unies, la crise dans la Corne de l’Afrique est la pire crise alimentaire que le monde ait connue depuis 1991. Près de 11 millions de personnes doivent aujourd'hui affronter la disette, voire la famine. On estime à 2 millions le nombre d’enfants de moins de cinq ans sous-alimentés.
camp de réfugiés de Dadaab au Kenya.

Selon les Nations unies, la crise dans la Corne de l’Afrique est la pire crise alimentaire que le monde ait connue depuis 1991. Près de 11 millions de personnes doivent aujourd'hui affronter la disette, voire la famine. On estime à 2 millions le nombre d’enfants de moins de cinq ans sous-alimentés.

La sécheresse et la faiblesse des précipitations au cours des deux dernières saisons des pluies ont réduit les récoltes et provoqué une flambée des prix des aliments de base dans la Corne de l’Afrique. Les populations qui vivaient déjà dans une situation de survie précaire en raison de 20 ans de guerre civile n’ont d’autre recours que la fuite, à la recherche des centres de distribution de l’aide internationale.

Près de 11 millions de personnes, dont une écrasante majorité des femmes et d’enfants, doivent aujourd’hui affronter la disette, voire la famine. Depuis le 20 juillet, l’état de famine a en effet été déclaré dans deux régions du sud de la Somalie, avec un risque majeur de voir s’étendre ce fléau aux districts voisins si une opération d’envergure n’est pas organisée de toute urgence.

Selon les Nations unies, il s’agit de la pire crise alimentaire que le monde ait connue depuis 1991.

Chaque jour, des milliers de personnes quittent la Somalie pour venir se réfugier dans les camps du Kenya et de l’Ethiopie. Le camp de Dadaab, dans le Nord du Kenya, reçoit chaque semaine 10.000 nouveaux réfugiés. Avec près de 400.000 réfugiés, il est aujourd’hui devenu la troisième concentration humaine du pays après Nairobi et Mombasa. A l’origine, il était prévu pour…90.000 personnes. Les camps de la région sont en surcapacité et ne sont plus en mesure de répondre aux besoins multiples des réfugiés. Ces derniers, s’il y arrivent, auront affronté pendant 26 jours voire deux mois le désert, le vent, la soif, la faim, les attaques des groupes armés ou des fauves, hyènes ou lions.

Pour l’ensemble de la région, on estime à 2 millions le nombre d’enfants de moins de cinq ans sous-alimentés, dont 725.000 dans un état de malnutrition grave, qui nécessitent une intervention immédiate si l’on veut sauver leur vie.  Les éleveurs nomades sont contraints de quitter les zones affectées pour se rendre avec leur troupeau vers les zones de pâturage épargnées, dans l’espoir d’y trouver de l’eau. Ces zones qui se raréfient dangereusement constituent une source de tensions et de conflits.

Une aide de grande envergure et à long terme est nécessaire.

Stop la famine dans la Corne de l’Afrique

Faites un don sur le numéro de compte de Handicap International
000-0000077-77

Ou sur le numéro de compte du ‘Consortium 1212’
000-0000012-12

 

Handicap International

Handicap International est présent dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya et y apporte son attention à l’un des groupes les plus vulnérables, celui des personnes en situation de handicap. Handicap International s’assure de la prise en charge paramédicale de ces personnes (prothèses, orthèses, kinésithérapie), veille à leur suivi psychosocial et s’occupe également de l’inclusion des personnes handicapées à travers des actions de réadaptation à base communautaire. L’organisation veille aussi à l’accessibilité des facilités dans le camp (installations sanitaires, distributions de biens et nourriture, …) aux personnes en situation de handicap.Une équipe de Handicap International vient d’effectuer une analyse des besoins dans le cadre de l’intervention à Dadaab et une deuxième équipe urgence entame, dès la fin de cette semaine, une deuxième mission pour une durée approximative de dix jours, afin d’évaluer les besoins de base de façon plus large.

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19
© Handicap International
Urgence

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19

Là-bas comme ici, la crise COVID-19 touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques. Pour répondre à cette crise et aux besoins des plus vulnérables Handicap International a mis en place une réponse globale, B-SAFE.

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.