Accès direct au contenu

Syrie : des révélations alarmantes pour les populations civiles

Urgence
Syrie
Selon l’organisation américaine Human Rights Watch (HRW), des sous-munitions ont été utilisées par l’armée syrienne il y a quelques jours.Handicap International s’inquiète de la situation actuelle pour les civils, premières victimes de ces armes. L’association condamne toute utilisation de sous-munitions et appelle les parties au conflit à ne pas faire usage de ces armes.
Ahmed a reçu trois balles dans la jambe.

Selon l’organisation américaine Human Rights Watch (HRW), des sous-munitions ont été utilisées par l’armée syrienne il y a quelques jours.Handicap International s’inquiète de la situation actuelle pour les civils, premières victimes de ces armes. L’association condamne toute utilisation de sous-munitions et appelle les parties au conflit à ne pas faire usage de ces armes.

Des vidéos postées par des militants syriens entre le 9 et le 12 octobre montrent des hommes et des enfants manipulant des sous-munitions non explosées dans ou près des villes de Tamane`a, Taftanaz, al-Tah, Ma`arat al-Noaman, dans la province d'Idlib, à l'Est à Bouwayda et al-Salloumiyyeh dans la province de Homs, à Alep Tal Rifaat dans la province d'Alep, dans la province de Lattaquié et dans la région de Damas à al-Ghouta as-shrqiya. L’association américaine Human Rights Watch a pu avoir confirmation de ces informations par ses contacts sur place et Philippe Houliat, expert en déminage pour Handicap International, a formellement identifié des sous-munitions russes de type AO1sch sur les images contenues dans les vidéos en question.

Handicap International juge ces informations  particulièrement préoccupantes. L’association rappelle que 94 % des victimes recensées de ces armes sont des civils. L’utilisation de sous-munitions dans des zones densément peuplées représente donc une menace inacceptable. Ces armes sont aujourd’hui interdites par le Traité d’Oslo, entré en vigueur en 2010 et signé par 111 Etats dans le monde. Ce traité, pour l’adoption duquel Handicap International a été un acteur majeur,  interdit l’utilisation, la fabrication, le stockage et le commerce de ces armes. La Syrie n’est pas actuellement Etat partie au Traité. « Mais la plupart des Etats non signataires n’utilisent pas ces armes et reconnaissent leur caractère inacceptable, souligne Marion Libertucci, responsable du plaidoyer sur les armes à Handicap International.

Dans tous les cas, les Conventions de Genève  stipulent que les parties en conflit doivent s'abstenir de prendre pour cibles des civils ou des biens de caractère civil. Elles doivent appliquer rigoureusement le principe de distinction entre objectifs civils et  militaires et respecter scrupuleusement l'interdiction des attaques menées de façon disproportionnée et sans discrimination. Une frappe aléatoire commise dans  des zones densément peuplées est donc contraire aux principes du droit humanitaire.

Handicap International s’inquiète de la situation des populations civiles en Syrie. L’association a déployé depuis plusieurs mois déjà, une mission d’urgence en Jordanie et au Liban, destinée à venir en aide aux réfugiés. Elle soutient également des activités d’éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Jordanie et étudie toute possibilité d’intervention dans les zones touchées par la crise syrienne. Handicap International appelle également les parties au conflit à ne plus faire usage de ces armes non discriminantes et contraires au droit international et à apporter l’aide nécessaire aux populations civiles, notamment en termes de dépollution et d’assistance aux victimes.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».