Accès direct au contenu

Traité sur les armes : 67 signataires dont la Belgique

Le Traité destiné à réguler le commerce des armes a été signé ce 3 juin aux Nations-unies par 67 Etats. La Belgique a fait partie des 20 premiers signataires. Des grands pays exportateurs d’armes, comme la France et le Royaume-Uni, ont également signé le texte. Même si ce texte souffre de certaines faiblesses, Handicap International se félicite de cette avancée importante.
Lichte wapens in Libië

Le Traité destiné à réguler le commerce des armes a été signé ce 3 juin à New-York par 67 Etats. La Belgique a fait partie des 20 premiers signataires. Des grands pays exportateurs d’armes, comme la France et le Royaume-Uni, ont également signé le texte. Même si ce texte souffre de certaines faiblesses, Handicap International se félicite de cette avancée importante.

Ce Traité oblige chaque État partie à se doter d’une structure nationale pour contrôler ses transferts d’armes. Il leur sera également interdit d’exporter des armes si elles doivent servir à des attaques dirigées contre des civils ou leurs biens. Le principe est que chaque pays évaluera, avant toute transaction, si les armes vendues risquent d'être utilisées pour contourner un embargo international, commettre un génocide ou d'autres "violations graves" des droits de l'Homme, ou encore si elles peuvent tomber aux mains d’organisations terroristes ou criminelles.

« Un des enjeux du succès de ce traité résidera dans le contrôle de son application par la société civile, comme nous l’ont montré les traités d’Ottawa contre les mines antipersonnel et d’Oslo contre les bombes à sous-munitions. Aujourd’hui, sur les 875 millions d’armes légères et de petit calibre en circulation dans le monde, 75% d’entre elles sont aux mains des civils », souligne Sylvie Bouko, responsable de la violence armée à Handicap International. « Même si le texte du Traité comprend certaines faiblesses, par exemple sur la liste des armes contrôlées, il s’agit d’une très bonne base de travail pour réglementer le commerce des armes et ainsi éviter les drames humanitaires dont Handicap International est chaque jour témoin sur le terrain. Ce sont des milliers de vies qui pourraient être sauvées chaque année. »

L’association a publié en décembre 2012 un rapport sur l’impact de la violence armée, montrant que 80% des victimes interrogées ont développé un handicap sévère qui nécessite des soins à vie. Handicap International intervient aujourd’hui dans plus de 60 pays dans le monde, notamment auprès des victimes de la violence armée, comme en Libye ou en Irak.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

Interview : de l'Asie à HELASIA
© HI
Droits

Interview : de l'Asie à HELASIA

Fin février, Griet a déménagé à Addis Abbeba en Ethiopie, où elle va relever un nouveau défi pour Handicap International. Avant de partir, elle a répondu à quelques questions sur ses expériences en Asie et ce qu'il attend avec le projet HELASIA.