Accès direct au contenu

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

Santé Urgence
Liban

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.

Les membres de l'équipe de Zeina se préparent à rencontrer les victimes de l'explosion

Les membres de l'équipe de Zeina se préparent à rencontrer les victimes de l'explosion | © HI

Pour comprendre ce que j’ai vécu ces derniers jours, je vous propose d’en savoir un peu plus sur moi. Je suis né au Liban et je vis à Beyrouth - c'est ma maison. J'ai rejoint HI il y a onze ans - mes collègues sont comme ma famille.

J'étais chez moi quand l'explosion a eu lieu. Ma maison est très loin du port mais juste avant le bruit de l'explosion, j'ai senti le vent le plus étrange, comme une grande vague qui poussait mon corps.

Le lendemain, j'ai pu constater par moi-même les destructions dans la ville. Bien sûr, j'avais vu les photos et les vidéos à la télévision, mais une partie de moi pensait qu'il y avait peut-être une certaine exagération. En fait, la réalité est bien pire ; ce que j'ai vu aux informations n'est qu'un aperçu de l'ampleur de la catastrophe. C'est difficile à décrire et j'ai encore du mal à croire que quelque chose comme cela puisse arriver au Liban.

Le premier endroit que j'ai visité était le bureau de HI et je me souviens de ma première pensée en entrant, j'étais tellement reconnaissante que l'explosion se soit produite après les heures de travail, reconnaissante pour HI et pour tout Beyrouth. Il y avait du verre partout, des bureaux éparpillés, c'était le chaos. Je crois qu'il y aurait eu de nombreuses victimes si nous avions été là.  

Depuis ce jour, l'équipe de HI fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider. Nous nous sommes rendus dans les hôpitaux et dans les zones qui ont été détruites au point d'être méconnaissables afin de déterminer les besoins des gens.

Chaque jour, je rencontre des gens qui ont des histoires difficiles. Un homme, un chauffeur de taxi, a perdu sa maison et sa voiture dans l'explosion. Il a cinq enfants et, en raison de la crise économique, il était la seule personne à gagner un revenu avant l'explosion. Il a été obligé d'envoyer ses enfants vivre dans quatre familles différentes qui peuvent l'aider à subvenir à leurs besoins. Il m'a dit qu'il préférait être mort plutôt que de faire face à ce que lui réserve son avenir.

C'est une chose que mon équipe a entendue à plusieurs reprises. C'est douloureux, mais cela vous aide à comprendre pourquoi les premiers secours psychologiques que nous apportons sont si essentiels.

Nous sommes également confrontés au besoin urgent de réadaptation. Les gens sont sortis de l'hôpital très rapidement, beaucoup ne pouvaient pas rentrer chez eux parce que les bâtiments sont dangereusement instables. Nous devons retrouver ces personnes et leur fournir des soins de kinésithérapie pour amorcer leur rétablissement.

Ce n'est pas la première fois que le Liban ou Beyrouth doivent faire face à une catastrophe. Nous savons comment nous relever et reconstruire. Mais cette fois, l'explosion n'est qu'une partie du tableau. La situation économique est désastreuse, les politiques sont compliquées et nous luttons désespérément pour contrôler la propagation de COVID-19. Nous sommes à genoux et, honnêtement, je ne sais pas comment nous allons nous relever.

Au nom de mon équipe, je voudrais remercier tous ceux qui nous soutiennent de quelque façon que ce soit. Merci.

Published on: 17 août 2020

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.

 

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.