Accès direct au contenu

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Réadaptation
Haïti

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

© Davide Preti/HI

« Ma prothèse ne me pose vraiment de problème, au contraire. J’en suis fière ! Sans prothèse, ma vie serait beaucoup plus compliquée », explique Maryse, qui vend  des denrées alimentaires et du charbon de bois dans une petite échoppe devant chez elle.

Maryse a été amputée de sa jambe droite deux semaines après le séisme. Le docteur lui a expliqué qu’il n’avait pas le choix, l’infection qu’elle avait contractée mettait sa vie en danger. Quatre mois après l’opération, Maryse a reçu une première prothèse et elle a pu réapprendre à marcher dans le centre de réadaptation soutenu par HI. Maryse a également pu ouvrir un petit magasin avec le soutien de HI.

Ma vie n’a pas tellement changé

« Je me suis dite que je devais penser à mes enfants, alors je me suis persuadée que ma vie ne s’arrêterait pas à cette amputation. Je n’ai pas versé une seule larme, j’ai toujours gardé un moral d’acier et beaucoup de personnes m’ont soutenue ».

Pour Maryse, les choses ont finalement peu changé depuis le tremblement de terre : « C’est vrai, je pouvais courir et me déplaçais plus vite avant, mais à part ça, ma vie est relativement similaire. Je me débrouille, j’ai toujours ma petite échoppe, mes enfants vont à l’école et surtout, je suis toujours en vie. Bien sûr, j’ai un handicap. Mais aujourd’hui, ma prothèse est devenu une vraie jambe, ma jambe ».

Lorsqu’elle rencontre d’autres personnes handicapées, elle les encourage à bénéficier également d’un appareillage orthopédique. Maryse ne peut d’ailleurs plus imaginer sa vie sans prothèse. Et c’est bien cela qui l’inquiète : « Je suis dépendante de ma prothèse, et elle s’use. Elle doit être régulièrement ajustée, c’est un souci permanent ». 

HI soutient toujours Maryse : en 2019, elle a obtenu une nouvelle prothèse.

 

Published on: 11 octobre 2019

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».

 

Avec 2 chaussettes, vous êtes plus fort
© Handicap International / Done By Friday
Réadaptation

Avec 2 chaussettes, vous êtes plus fort

En décembre, Handicap International lançait sa campagne #ItTakesTwo pour mettre en avant l'importance de la réadaptation physique. Vous pouvez nous aider à faire passer le message !