Accès direct au contenu

300 000 citoyens demandent à leurs gouvernements d’interdire les bombes à sous-munitions

Mines et autres armes
Les 300 000 premiers signataires de la pétition contre les bombes à sous-munitions ont un poids. Au propre comme au figuré. Handicap International a en effet rassemblé les 300 000 premières signatures dans un livre de 469 pages, soit 1,5kg de papier.
300 000 citoyens demandent à leurs gouvernements d’interdire les bombes à sous-munitions

Les 300 000 premiers signataires de la pétition contre les bombes à sous-munitions ont un poids. Au propre comme au figuré. Handicap International a en effet rassemblé les 300 000 premières signatures dans un livre de 469 pages, soit 1,5kg de papier.

Mais c'est surtout le poids symbolique de ces signatures qui aura pesé dans la balance à Oslo. Jean-Baptiste Richardier, fondateur de Handicap International, le rappelle dans le discours qu'il a prononcé en remettant le livre aux autorités norvégiennes:

Les gouvernements demandent parfois quelle légitimité ont les ONG pour les interpeller. Pour les gens comme nous, comme pour les 300 000 premiers signataires de l'appel du réseau Handicap International, dont les noms et prénoms sont inscrits dans ce livre, les bombes matricielles et leurs « bébés » sont des graines de terreur, qui ciblent les civils et détruisent des espaces qui, pour beaucoup d'entre eux sont leur lieu de vie. Ce sont des armes auxquelles les démocraties et les gouvernements respectables devraient renoncer sans la moindre hésitation.

Ces 300 000 signataires disent aux Etats que seule une interdiction totale restaurera la primauté du droit international humanitaire sur la violation des droits des victimes civiles. Tant que ces armes seront légales, il sera vain de mettre en cause leurs utilisations excessives, et aucune victime n'aura la moindre chance de se voir reconnues ses souffrances, et encore moins d'obtenir réparation de son préjudice.


L'appel des citoyens et des ONG semble avoir été entendu à Oslo, mais la mobilisation continue.

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?