Accès direct au contenu

300 000 citoyens demandent à leurs gouvernements d’interdire les bombes à sous-munitions

Mines et autres armes
Les 300 000 premiers signataires de la pétition contre les bombes à sous-munitions ont un poids. Au propre comme au figuré. Handicap International a en effet rassemblé les 300 000 premières signatures dans un livre de 469 pages, soit 1,5kg de papier.
300 000 citoyens demandent à leurs gouvernements d’interdire les bombes à sous-munitions

Les 300 000 premiers signataires de la pétition contre les bombes à sous-munitions ont un poids. Au propre comme au figuré. Handicap International a en effet rassemblé les 300 000 premières signatures dans un livre de 469 pages, soit 1,5kg de papier.

Mais c'est surtout le poids symbolique de ces signatures qui aura pesé dans la balance à Oslo. Jean-Baptiste Richardier, fondateur de Handicap International, le rappelle dans le discours qu'il a prononcé en remettant le livre aux autorités norvégiennes:

Les gouvernements demandent parfois quelle légitimité ont les ONG pour les interpeller. Pour les gens comme nous, comme pour les 300 000 premiers signataires de l'appel du réseau Handicap International, dont les noms et prénoms sont inscrits dans ce livre, les bombes matricielles et leurs « bébés » sont des graines de terreur, qui ciblent les civils et détruisent des espaces qui, pour beaucoup d'entre eux sont leur lieu de vie. Ce sont des armes auxquelles les démocraties et les gouvernements respectables devraient renoncer sans la moindre hésitation.

Ces 300 000 signataires disent aux Etats que seule une interdiction totale restaurera la primauté du droit international humanitaire sur la violation des droits des victimes civiles. Tant que ces armes seront légales, il sera vain de mettre en cause leurs utilisations excessives, et aucune victime n'aura la moindre chance de se voir reconnues ses souffrances, et encore moins d'obtenir réparation de son préjudice.


L'appel des citoyens et des ONG semble avoir été entendu à Oslo, mais la mobilisation continue.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.