Goto main content

8 - La danse du PVC

Huitième épisode de notre série de l'été sur les pas de Didier Demey.

Les prothèses improbables de Dorjé.

Les prothèses improbables de Dorjé. | © HI

Tibet [2005]

J’en ai vues des prothèses improbables… 

J’ai vu l’ironie de prothèses fabriquées dans des carcasses d’obus, d’autres sculptées dans un tronc d’arbre et qui ressemblaient plus à une jambe que mes jambes ; ou celles qui, bien que faites avec quelques bouts de rien, respectaient les lois de la biomécanique (et même celles de l’esthétique). J’ai vu des prothèses lourdes comme des chevaux morts, faites de cuir et de métal mal ajustés et de genoux rouillés qui grinçaient à chaque pas ; j’au vu des bouts de bois attachés avec des sangles sous le genou…  J’en ai vues, des prothèses improbables…  aujourd’hui encore.

Dorjé est amputé des deux jambes, vers leur milieu. Un jour (sans doute parce qu’il en avait marre de se déplacer sur les genoux), il a demandé à un de ses cousins d’aller lui acheter deux bouts de tubes en PVC (de ceux qu’on utilise pour les évacuations d’eau). Le cousin il a dit heu ouais d’accord, mais pour quoi faire ? Pose pas de question, j’en ai marre de marcher sur les rotules, va donc m’acheter des bouts de tubes. Quand le cousin est revenu avec ses tubes, Dorjé les a renforcés avec d’autres bouts de plastique, des cordes ou de la toile de jute ; il y a ajouté deux ronds de caoutchouc à l’une des extrémités, puis s’est enroulé les moignons dans de la peau de yack et les a enfilées. Et il a marché. Pas moins que cela. Deux tubes de PVC à la place des jambes. Et pour nous, il a même dansé, comme aiment à danser les Tibétains (avec les bras qui font des cercles et des mouvements comme les ailes des oiseaux). Avec nos prothèses faites sur mesure, il va s’en aller au bout de 2 heures, en courant, ça ne fait pas de doute.
 

Publié le : 13 octobre 2021

Pour aller plus loin

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale
©Handicap International
Santé

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale

Les 5 et 6 octobre, le ministre français des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, accueilleront à Paris, un Sommet mondial sur la santé mentale intitulé « Mind Our Rights, Now ! ».

Ce sommet réunira des hauts responsables politiques, des organisations internationales, des professionnels de santé, des experts et acteurs de la société civile, mais aussi des fondations et des personnalités issues du milieu académique, avec l’ambition de renforcer la mobilisation internationale en faveur de la santé mentale, de promouvoir le respect des droits et de valoriser les expériences innovantes à l’international.

Maximilien Zimmermann, réfèrent technique Santé mentale et soutien psychologique chez Handicap International, y participera. Il nous parle de son travail au sein de notre ONG et des enjeux de ce sommet. Rencontre.

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale
© Benoit Almeras / HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale

A l’occasion de la Journée mondiale de la Paralysie Cérébrale, le 6 octobre, HI met l’accent sur l’importance de la prise en charge des enfants nés avec ce handicap.