Accès direct au contenu

Affronter le passé

Mines et autres armes
Kevin Bryant, notre expert en déminage, revient d’une mission au Liban qui s’est déroulée du 2 au 9 juillet. C’est dans ce même pays qu’il y a 5 ans, sa vie a basculé lorsqu’une mine lui a volé une jambe.
Kevin Bryant, notre expert en déminage, revient d’une mission au Liban qui s’est déroulée du 2 au 9 juillet. C’est dans ce même pays qu’il y a 5 ans, sa vie a basculé lorsqu’une mine lui a volé une jambe.

C’était le 22 juillet 2002. Alors démineur pour l’armée britannique, Kevin Bryant nettoyait une zone infestée de mines au Liban lorsqu’une mine de fabrication israélienne a explosé sous son pied. Kevin a dû être amputé de la jambe gauche, sous le genou. Cinq ans après cet accident,Kevin a été appelé au Liban pour soutenir les projets menés sur place par Handicap International. Durant sa mission, Kevin a pu constater les progrès réalisés malgré un travail rendu ardu par un terrain et des conditions de travail difficiles. Mais outre ses aspects purement professionnels, la mission de Kevin poursuivait un objectif plus personnel : affronter le passé.


Ce n’est que le 7 juillet, après avoir visité le siège, les équipes et chantiers de déminage, que
Kevin s’est rendu à Shama, sur les lieux de son accident. « J’étais plein d’appréhension par rapport à cette visite, ne sachant pas comment j’allais réagir ». Pourtant, il a choisi d’aller jusqu’au bout. « J’ai cru que je n’arriverais pas à avancer. Puis j’ai respiré un bon coup et j’ai commencé à descendre dans ce champ autrefois infesté de mines. Soudain, tout est devenu
plus clair, plus facile, et je suis descendu sans plus ressentir la moindre émotion ou crainte. »

Un moment difficile donc, mais nécessaire et salvateur. « Il aura fallu que je me retrouve au plus près de cet affreux moment pour pouvoir dire adieu à mes fantômes. »
 
Toutes les zones infestées de sous-munitions qui ont un impact important sur la vie des communautés devraient avoir été nettoyées pour la fin de l’année. Cet objectif ambitieux est rendu réalisable par la réaction positive et immédiate de la communauté internationale, qui a fourni les fonds nécessaires. C’est aussi une réussite importante des démineurs qui, chaque jour, se mettent en danger pour neutraliser les munitions non explosées.
Kevin Bryant
Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?