Accès direct au contenu

Arrivée des premiers renforts à Port-au-Prince

Urgence
Haïti
L'équipe de Handicap International à Haïti vient d'accueillir les premiers renforts qui continueront d'arriver dans les jours qui viennent pour permettre la mise en place d'une aide d'urgence après le tremblement de terre de mardi soir. Les premiers renforts dépêchés par Handicap International viennent d'arriver à Haïti. Aleema Shivji, spécialiste de l'urgence, a embarqué hier soir à Istres (S. de la France). Elle a rejoint notre équipe sur place aujourd'hui à 13 heures (heure belge) pour débuter l'évaluation des besoins, particulièrement concernant les personnes handicapées, et les plus vulnérables.
Séisme Haïti
L'équipe de Handicap International à Haïti vient d'accueillir les premiers renforts qui continueront d'arriver dans les jours qui viennent pour permettre la mise en place d'une aide d'urgence après le tremblement de terre de mardi soir.
Les premiers renforts dépêchés par Handicap International viennent d'arriver à Haïti. Aleema Shivji, spécialiste de l'urgence, a embarqué hier soir à Istres (S. de la France). Elle a rejoint notre équipe sur place aujourd'hui à 13 heures (heure belge) pour débuter l'évaluation des besoins, particulièrement concernant les personnes handicapées, et les plus vulnérables.
 
Les premiers renforts dépêchés par Handicap International viennent d'arriver à Haïti. Aleema Shivji, spécialiste de l'urgence, a embarqué hier soir à Istres (S. de la France). Elle a rejoint notre équipe sur place aujourd'hui à 13 heures (heure belge) pour débuter l'évaluation des besoins, particulièrement concernant les personnes handicapées, et les plus vulnérables. Elle connaît bien le terrain haïtien pour être déjà intervenue dans l'île en 2008, après le passage de plusieurs ouragans. Un autre départ est prévu ce jeudi soir, avec également une dizaine de palettes de fret, comportant une tente-dispensaire, des aides à la marche (béquilles, déambulateurs, orthèses...) et du matériel para médical. D'autres départs suivront avant la fin de la semaine pour renforcer notre équipe de Port-au Prince.

Ambiance de chaos

Plus de 36 heures après le tremblement de terre, la situation actuelle demeure alarmante, puisque les secousses ont détruit de très nombreux hôpitaux et bâtiments de la capitale haïtienne. La plupart des habitants, comme les membres de l'équipe expatriée de Handicap International a dormi en plein air, seule solution pour ne pas risquer d'être ensevelis en cas de nouvelle réplique importante. La nourriture et l'eau manquent à tout le monde, seuls les téléphones satellites sont opérationnels à Port-au-Prince, et les voies de communications sont coupées, les rues et les routes sont encombrées, jonchées de gravats. Les habitants de Port-au-Prince rescapés cherchent leurs proches dans une ambiance de chaos. L'équipe expatriée de Handicap International n'a eu des nouvelles que de quelques rares salariés nationaux sur la centaine qui composent d'ordinaire le personnel de l'association à Haïti.

Dans le même temps, une partie de la population tente de quitter la capitale pour rejoindre les villes alentours, notamment celles de Saint-Marc et Gonaïves, plus au Nord, dans l'espoir de trouver des secours. Mais dans ces deux villes, les hôpitaux seraient proches de la saturation.

Coordonner la logistique

L'ensemble de la plateforme logistique coordonnée par l'association pour le compte du PAM (Programme alimentaire mondial) va être réorganisée pour faire face à cette nouvelle crise. Dans ce contexte, les camions tout-terrain disponibles, prévus pour passer dans les zones les plus escarpées, devraient être en mesure d'acheminer l'aide humanitaire. Et la coordination de la logistique, pour les autres ONG présentes sur place est un enjeu primordial. Ce sera une des missions de Handicap International.

Aider les blessés

L'association qui va également intervenir directement pour aider les blessés, en appuyant les hôpitaux et les autres ONG présentes à la prise en charge des victimes du tremblement de terre. Après une catastrophe naturelle, il est en effet nécessaire de veiller à ce que les blessés soient bien soignés et suivis pour éviter l'apparition de handicap. Handicap International entend aussi apporter son aide en proposant des abris temporaires, avec des tentes, des bâches plastiques, puisque très peu de maisons sont encore habitables. Le défi étant de trouver des zones sécurisées où les sinistrés pourront être installés. Cette aide s'accompagnera de distributions de kits d'hygiène et de nourriture.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».