Goto main content

Haïti : faire face à l’épidémie de choléra dans un contexte de crise

Santé Urgence
Haïti

Depuis fin 2022, une épidémie de choléra sévit en Haïti. Dans un contexte de crise aiguë, HI continue ses actions de prévention pour soutenir les communautés.

Sous un abri de tôle, Un homme se tient de dos et porte un t-shirt avec le logo HI. Face et autour de lui, assis sur des bancs, des hommes et des femmes l'écoutent.

Réunion communautaire de sensibilisation sur le choléra à Croix-des-bouquets, Haïti. | © HI

La vague de choléra qui s’est déclarée fin 2022 en Haïti continue de s’étendre, faisant de nombreuses victimes. Or, la violence des gangs aggrave l’épidémie, entraînant des déplacements massifs de population et le blocage des mesures d’aide. Dans ce contexte, HI continue de mener des actions de soutien et de prévention, organisées avec les communautés elles-mêmes, pour permettre à l’aide de parvenir à toutes celles et ceux qui en ont besoin.

Sensibilisation et distribution de produits chlorés

Chloration d'eau au seau lors d'une séance de sensibilisation sur le traitement d'eau. © HIPour répondre à la crise épidémique en Haïti, les équipes de HI ont déployé des actions dans plusieurs départements du pays. C’est notamment le cas dans le département du Centre, où plus de 600 cas avaient été enregistrés entre le 1er et le 18 septembre 2023. Pendant une dizaine de jours, HI y a procédé à une décontamination de plus de 1 400 maisons, en les nettoyant au chlore. En outre, plus de 11 000 personnes ont été sensibilisées au mode de transmission de la maladie et aux pratiques préventives.

Par ailleurs, HI a installé trois points de chloration, pour permettre aux habitants de traiter les eaux et les rendre potables. De plus, six membres des communautés, des « chlorateurs », ont été formés à mener à bien ces actions. HI a également installé 9 points de lavage de mains, pour améliorer les conditions d’hygiène des habitants.

Enfin, HI a procédé à la distribution de plusieurs produits indispensables pour lutter contre le choléra. Ainsi, l’organisation a fourni aux habitants des communes infectées environ 4 300 savons pour se désinfecter les mains, plus de 200 000 pastilles de décontamination de l’eau et 4 000 sachets de sels de réhydratation orale, qui permettent de guérir la majorité des malades.

Toutes ces mesures, à la fois préventives et curatives, visent à guérir les personnes malades tout en endiguant l’expansion de l’épidémie par des mesures de protection.

Prévenir la contamination pour contenir l’épidémie

Lozame Loransta s’entretient avec une agente de l’équipe de HI. © HILozame Loransta, veuve et cheffe de famille, vit à Croix-des-bouquets, au nord-est de Port-au-Prince, avec ses six petits-enfants. Elle et sa famille ont bénéficié d’un kit d’hygiène et de mesures préventives déployées par HI dans la commune en avril 2023, lorsqu’une flambée de choléra avait été reportée.

Pour Loransta, l’approvisionnement quotidien en eau potable était une véritable épreuve. Ne pouvant plus marcher des heures durant pour s’approvisionner, elle devait compter sur ses petits-enfants pour s’en charger. Chaque jour, ils parcouraient des kilomètres pour recueillir la précieuse ressource. Par manque de moyens, Loransta ne pouvait pas toujours acheter des produits de traitement de l’eau, pourtant indispensables à la bonne santé de sa famille.

« J’ai reçu des kits d’hygiène de HI qui m’ont aidée à prévenir la maladie. J’ai aussi appris à traiter l’eau et à améliorer les moyens de stockage pour éviter toute autre forme de contamination. Le lavage des mains est maintenant intégré dans nos pratiques quotidiennes, bien que les difficultés d’approvisionnement en eau demeurent. Je tiens à remercier tous les membres de l’équipe qui ont accompagné ma famille pendant cette période douloureuse. Grâce à votre soutien, j’ai pu sauver mon petit-fils bien aimé et d’autres cas de contamination ont pu être évités au sein de la famille, » témoigne-t-elle.

L’accès à l’eau en qualité et en quantité suffisante était très difficile à Croix-des-bouquets : sur les 4 points d’eau que comptait la commune, seule une source était protégée de toute contamination. HI y a mené des opérations de chloration de seaux d’eau à l’aide de tablettes de chlore, pour éliminer la plupart des virus et des bactéries présents dans l’eau destinée à la consommation et empêcher de nouvelles contaminations. 

Une épidémie aggravée par un contexte de crise majeure

Point de chloration installé par HI. © HILe choléra est une maladie transmissible par l’eau ou par des aliments infectés. Il est principalement dû à un assainissement inadéquat, à la promiscuité et à un accès insuffisant à l’eau potable. Il peut provoquer de fortes diarrhées et causer une déshydratation potentiellement mortelle si elle n’est pas prise en charge rapidement. Le premier cas de cette vague de choléra a été signalé en octobre 2022 en Haïti. Depuis, l’épidémie fait des ravages. Ainsi, selon un bilan de la coordination des acteurs luttant contre le choléra en Haïti, pas moins de 72 032 cas suspects, dont 1 079 décès, ont été reportés entre le 1er janvier 2023 et le 15 novembre 2023.

Par ailleurs, la situation humanitaire dans le pays s’est considérablement détériorée depuis le début de l’année 2023. Les gangs armés se rendent coupables de violences inouïes, forçant les habitants à se retrancher chez eux ou à fuir, et perturbant la vie quotidienne, le fonctionnement des écoles, des hôpitaux... Ce contexte aggrave encore l’épidémie de choléra : les systèmes d’eau et d’assainissement sont désorganisés, les gangs bloquent les principaux axes routiers et empêchent l’approvisionnement ou la distribution d’eau potable. Les populations se déplacent et doivent trouver des solutions d’hébergements provisoires, surpeuplés et mal organisés, qui peuvent entraîner une hausse des contaminations. Dans ce contexte, le manque d’accès à l’eau potable est criant et, malgré les efforts des acteurs nationaux et internationaux, l’aide parvient difficilement aux personnes qui en ont le plus besoin.

Dans ce contexte, entre janvier et novembre 2023, les actions menées par HI ont permis de sensibiliser en porte-à-porte plus de 150 000 personnes aux bonnes pratiques de l’hygiène et de toucher plus de 280 000 personnes grâce à des campagnes de sensibilisation de grande ampleur. Environ 6 400 kits d’hygiène, composés de savon, de pastilles de décontamination et de sels de réhydratation, ont été distribués. De plus, 120 leaders et agents de santé communautaires ont été formés à la surveillance épidémiologique et à la première prise en charge communautaire. Enfin, 24 points de chloration temporaire ont été installés sur des points d’eau à risque dans des zones de flambée de choléra, bénéficiant ainsi à 13 500 personnes.

Depuis janvier 2023, HI déploie son projet « FAIRE FACE au choléra », financé par Unicef et BHA USAID. Il s’agit d’une équipe réponse inclusive et communautaire à la flambée de choléra en Haïti. L’organisation soutient les centres de santé, sensibilise les communautés aux bonnes pratiques d’hygiène, identifie les points d’eau à risque et met en place des points de chloration, distribue des produits chlorés aux populations et installe des dispositifs de lavage de mains dans les lieux publics. Plus de 180 000 personnes sont soutenues par HI pour faire face à l’épidémie, notamment des personnes handicapées, des personnes âgées et des femmes.

Publié le : 25 janvier 2024

Pour aller plus loin

Rapport final Ukraine 12-12 Urgence

Rapport final Ukraine 12-12

Quelle aide les ONG du consortium 12-12 ont-elles fourni après 2 ans de guerre?

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.