Accès direct au contenu

«Condamner systématiquement l'usage des sous-munitions»

Mines et autres armes
Pendant la première conférence de révision de la Convention d'Oslo interdisant les armes à sous-munitions, les Etats parties ont adopté à l’unanimité une déclaration politique forte. Celle-ci réaffirme un impératif, celui de condamner systématiquement toute utilisation d’armes à sous-munitions.
La salle de conférence avec de longues tables auxquelles sont assis des représentants des Etats

Pendant la première conférence de révision de la Convention d'Oslo interdisant les armes à sous-munitions, les Etats parties ont adopté à l’unanimité une déclaration politique forte. Celle-ci réaffirme un impératif, celui de condamner systématiquement toute utilisation d’armes à sous-munitions. Ces armes barbares ont été utilisées dans cinq pays[1] ces douze derniers mois, une situation inédite depuis l’entrée en vigueur du Traité en 2010.

Handicap International se réjouit de l’adoption d’une déclaration par acclamation et à l’unanimité, au cours de la conférence d’examen du Traité d’interdiction des armes à sous-munitions qui sest tenue du 7 au 11 septembre à Dubrovnik. Cette déclaration qui incite les Etats parties à condamner toute nouvelle utilisation d’armes à sous-munitions renforce ce Traité et montre la détermination des Etats parties à en faire une norme internationale incontournable.

« Plusieurs pays avaient montré des signes de faiblesse au cours de l’année écoulée, avec des condamnations tièdes de l’usage de sous-munitions. Le texte adopté à Dubrovnik est donc un encouragement fort. Il nous rappelle que nous ne devons montrer aucune tolérance à l’égard de ces armes barbares. Nos observations sur le terrain ont montré combien elles étaient dangereuses pour les civils à court et long termes », affirme Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International. Selon le rapport 2015 de L’Observatoire des sous-munitions, 92 % des victimes identifiées des armes à sous-munitions sont des civils.

Plus d'attention pour les victimes

« Les Etats parties montrent également la fermeté de leur engagement dans le plan d’action ambitieux qu’ils se sont donné pour les cinq ans à venir", ajoute Anne Héry. "Ambitieux en ce qui concerne notamment l’assistance aux victimes. Le plan d’action définit des moyens concrets pour améliorer l’accès aux services pour les survivants et les familles affectées. Car les victimes se trouvent le plus souvent dans les zones rurales ou reculées et ont rarement accès aux services médicaux ou sociaux de base. »

La conférence de Dubrovnik a été suivie par plus de 90 délégations du 7 au 11 septembre 2015. Le Traité d’Oslo qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions dans le monde a été ratifié ou signé par 117 Etats. La Colombie est le dernier Etat en date à avoir ratifié le Traité, devenant le 96e Etat partie.

 

La nuit de l'inclusion

Handicap International a organisé, à l'occasion de la conférence de Dubrovnik, un événement parallèle pour mettre en avant les survivants victimes de ces armes: la nuit de l'inclusion, avec un spectacle de dansse et un match de sitting-volley mêlant personne avec et sans handicap. Cet événement a constitué un plaidoyer éclatant et chaleureux pour une société plus inclusive.  

[1] Libye, Soudan du Sud, Syrie, Ukraine et Yémen

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.