Accès direct au contenu

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Santé Urgence
Ethiopie

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés. 

Mohamed réparant un téléphone mobile

Mohamed réparant un téléphone mobile | © HI

De Mohamed Badal a 45 ans et est le père de 10 enfants. Il vit à Fafan, une petite ville de la région Somali, au Sud-Est de l’Éthiopie et souffre de tuberculose. Il gère une petite entreprise de maintenance électronique. Mais la pandémie En raison du confinement, beaucoup de travailleurs indépendants comme lui ont été durement touchés, et il est très stressé par ces difficultés. Il témoigne.

Changements dans la vie quotidienne

Je répare du matériel électronique. Ma femme gère un petit restaurant. Avant l'épidémie de COVID-19, tout allait bien, mais aujourd'hui, notre revenu quotidien n’est plus assuré, que ce soit dans la restauration ou la maintenance électronique. La demande s’est très vite effondrée, et nos revenus aussi. Les clients qui venaient des villages environnants ne peuvent plus venir en raison des restrictions de déplacement. Je suis vraiment inquiet pour l’avenir de ma famille.

Supporter l’isolement

Chacun reste chez lui par peur de contracter le coronavirus. Et en raison des restrictions de déplacement, il est difficile d’avoir accès aux services sociaux ou de santé. À un moment, j’ai eu besoin de renouveler mon traitement contre la tuberculose, et je n’ai pas pu me rendre à l’hôpital Jijiga Karamarda. Personne n’a voulu m’y emmener. La communauté est mue par la peur.

Vivre dans la peur

J’ai peur d’attraper le virus. Actuellement, les conditions de vie sont stressantes, et si le COVID-19 continue de se propager, j’ai peur pour l’avenir. Si la région est fortement touchée, la vie va devenir encore plus dure.

Conséquences pour demain

J’aimerais revenir en arrière, retrouver la facilité de notre vie d’avant avec un revenu stable, la liberté de mouvement et les contacts avec les autres. J’aime mon travail dans la maintenance électronique, et en tant que personne handicapée, je souhaite être un modèle de courage et d’adaptation au sein de ma communauté.

Rester informé sur la situation sanitaire

Je suis bien informé. J’ai reçu des informations de prévention de Handicap International ainsi que du gouvernement. Il est question de se laver les mains à l’eau et au savon, et d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche tant que les mains ne sont pas propres. Il est également recommandé de ne plus se serrer la main.

Handicap International m’a également fourni des kits d’hygiène. Les instructions des professionnels de la santé, comme garder ses distances sociales et ne pas participer à de grands rassemblements, permettent d’éviter de contracter le COVID-19.

Personnellement, je suis en mesure d’appliquer ces gestes de prévention, mais la distanciation physique est compliquée car au sein de la communauté, vivre ensemble est très important et les gens ne sont pas très disciplinés. Changer les habitudes n’est pas facile.

Published on: 11 mai 2020

Pour aller plus loin

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.