Goto main content

Crise alimentaire en Afrique de l’Est : notre intervention

Urgence
Ethiopie Somaliland Soudan du Sud
Des centaines de milliers de personnes en Afrique de l'Est ont abandonné leur foyer dans l'espoir de trouver nourriture et sécurité. Tous ont besooin d'assistance mais certains risquent de passer au travers des mailles du filet. " Nous ferons tout pour leur venir en aide " déclarent notre trois directeurs de programme au Somaliland, au Soudan du Sud et en Ethiopie
Une tente faite de toutes sortes de tissus est installée sous un petit arbre. Un homme tient une chaise roulante où est assis un adolescent.

Des centaines de milliers de personnes en Afrique de l'Est ont abandonné leur foyer dans l'espoir de trouver nourriture et sécurité. Tous ont besooin d'assistance mais certains risquent de passer au travers des mailles du filet. " Nous ferons tout pour leur venir en aide " déclarent notre trois directeurs de programme au Somaliland, au Soudan du Sud et en Ethiopie.

Somaliland & Puntland

Jeroen Stol, Directeur du Programme : « Une de nos équipes rentre tout juste  du Somaliland qui a été sévèrement touché par la sécheresse et les pénuries alimentaires. Elle rapporte que de nombreuses familles rencontrées à Hargeisa ont dû abandonner leurs terres et leur bétail. Il leur est maintenant difficile de soigner leurs enfants ou les membres de leur famille qui ont un handicap. Handicap International fera tout pour leur venir en aide ».

Notre Intervention :

  • En coordination avec les autres organisations humanitaires, s’assurer que chacun ait accès à l’aide humanitaire (nourriture, eau, soins).
  • Fournir des soins basés sur de la stimulation physique pour les enfants atteints de malnutrition.

Soudan du Sud

Paul Critchley, Responsable du Programme : « Pour le moment il est très difficile d'accéder à la population en détresse à cause des routes trop dangereuses ou impraticables après la saison des pluies. La population est déplacée, malnutrie et traumatisée. Ses besoins de santé, qu’ils soient physiques ou psychologiques, sont considérables. »

Notre Intervention :

  • Une "équipe volante" de l’association s’efforcent d’accéder à toutes les zones du pays afin d’identifier les personnes ayant des besoins spécifiques (soutien psychologique, en réadaptation, besoin d’équipement pour la mobilité, etc.). Ils fournissent des fauteuils roulants, des béquilles, etc., tout en assurant que les personnes les plus vulnérables sont prises en compte par l’aide humanitaire.
  • Handicap International forme les professionnels de la santé à la prise en charge des personnes handicapées ou vulnérables et renforce le soutien psychosocial auprès des réfugiés qui souffrent de traumatisme psychique.

Ethiopie

Fabrice Vandeputte, Responsable du programme : "Nous faisons face à une situation très compliquée. L'Est du pays a été touché par une sécheresse sévère ; des milliers de Sud-Soudanais frappés par les conflits et la famine dans leur pays se réfugient à l’Ouest de l’Ethiopie. Beaucoup de réfugiés sont des femmes et des enfants qui souffrent de malnutrition."

Notre intervention :

  • En coordination avec les autres organisations humanitaires, s’assurer que toute la population ait accès à l'eau potable et à l'aide alimentaire.
  • Fournir des soins basés sur de la stimulation physique pour les enfants souffrant de malnutrition.
  • S’assurer que les personnes vulnérables et en situation d'exclusion ne soient pas exploitées.

Si vous souhaitez soutenir les victimes de cette grave crise alimentaire dans l'Est de l'Afrique, cliquez ici.

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.