Accès direct au contenu

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Insertion Mines et autres armes

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020).

 
Adnan Al Hussein et sa fille Nada dans un camp informel au Liban après avoir fui Idlib, en Syrie, en 2013.

Adnan Al Hussein et sa fille Nada dans un camp informel au Liban après avoir fui Idlib, en Syrie, en 2013. | © K.Holt / HI

Le nombre de personnes déplacées a monté en flèche au cours des dernières années[1]. Plus inquiétant encore : Beaucoup d'entre elles sont déplacées sur le long terme.

Un chiffre qui a doublé en 10 ans

Le nombre de réfugiés et de personnes déplacées internes a monté en flèche ces dernières années, atteignant 80 millions en 2020 contre 42 millions en 2012[2]. Les principales causes qui poussent les gens à fuir sont les conflits violents, les violations des droits de l'homme, les catastrophes climatiques, l'insécurité alimentaire, etc.

Réfugiés et "personnes déplacées"

Le droit humanitaire fait la différence entre les « réfugiés », c'est-à-dire les personnes qui fuient leur domicile et traversent une frontière pour trouver refuge à l'étranger, et les « déplacées internes », qui sont des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Parmi les 80 millions de déplacés mentionnés par le Haut-Commissariat aux Réfugiés, 45,7 millions sont des déplacés internes.

Être déplacé pendant des années

De plus en plus de personnes sont déplacées durant des années : l'exemple le plus emblématique est le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya : créé en 1992, il est devenu une petite ville. C'est l'un des plus grands camps de réfugiés au monde, avec plus de 180 000 personnes. Le camp est composé de personnes originaires du Soudan, de l'Ouganda, de l'Érythrée, du Rwanda, de l'Éthiopie, de la Somalie et du Congo.

Cinq pays principaux

Plus des deux tiers des réfugiés (personnes fuyant leur pays et franchissant une frontière) proviennent de cinq pays seulement : République arabe syrienne (6,6 millions) ; Venezuela (3,7 millions) ; Afghanistan (2,7 millions) ; Soudan du Sud (2,3 millions) ; Myanmar (1 million). Au total, 4,5 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays à la mi-2020, dont 138 600 réfugiés, 808 200 demandeurs d'asile et 3,6 millions de Vénézuéliens déplacés à l'étranger.

39% des réfugiés sont accueillis dans cinq pays : Turquie, Colombie, Pakistan, Ouganda, Allemagne.

Personnes handicapées déplacées

Parmi les 80 millions de réfugiés dans le monde, environ 15 % ont un handicap. Dans le monde, on peut estimer que 12 millions de personnes handicapées ont été déplacées de force à la suite de conflits et de persécutions. Dans les situations de conflit, ce chiffre est bien plus élevé.

Les déplacements forcés les touchent de manière disproportionnée. Les personnes handicapées sont souvent plus exposées à la violence, à l'exploitation et aux abus. Elles rencontrent également des obstacles pour accéder à des services essentiels comme la santé et sont exclues de l'éducation et de l'emploi.

Les organisations humanitaires comme HI sont souvent le dernier recours pour les personnes vulnérables déplacées, dont les personnes handicapées, qui dépendent de l'aide humanitaire pour survivre.

Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

Laos : H.I. fête 25 ans d’opérations de déminage
© N. Lozano Juez/HI
Mines et autres armes

Laos : H.I. fête 25 ans d’opérations de déminage

Juin 1996 : H.I. lance ses opérations de déminage au Laos. 25 ans plus tard, l’organisation continue d’œuvrer pour la décontamination du pays.

Après 2 ans de tests de drones, HI dit au revoir au Tchad
© John Fardoulis / HI
Mines et autres armes

Après 2 ans de tests de drones, HI dit au revoir au Tchad

En mars dernier, HI a terminé ses expérimentations de drones démarrées il y a 2 ans dans le Nord du Tchad avec ses partenaires Mobility Robotics et FlyingLabs Côte d'Ivoire.

Pas d'armes explosives lourdes dans les zones peuplées : cela devrait être la norme.
© HI
Mines et autres armes

Pas d'armes explosives lourdes dans les zones peuplées : cela devrait être la norme.

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres appelle les États à conclure un accord international contre les souffrances humaines causées par les bombardements en zones peuplées.