Goto main content

Déclaration inter-ONGI

Droits Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Appel urgent pour éviter une crise humanitaire sans précédent face à l'imminence d'une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza.

Archive : Vue de l'un des nombreux bâtiments détruits de Gaza City par les raids aériens, Février 2011.

Archive : Vue de l'un des nombreux bâtiments détruits de Gaza City par les raids aériens, Février 2011. | © Xavier Bourgois / HI

Nous sommes alarmés par l'appel lancé par Israël à plus d'un million de Palestiniens pour qu'ils quittent le nord de Gaza en moins de 24 heures. Israël doit annuler cet ordre immédiatement. Les demandes de relocalisation de l'ensemble de la population dans un délai aussi court mettent en danger la vie des personnes forcées de fuir. Le gouvernement israélien n'a donné aucune garantie quant à leur sécurité pendant le transit ou à la sécurité des civils qui restent dans la bande de Gaza alors que les combats se poursuivent.

Les agences humanitaires opérant à Gaza font état d'une crise humanitaire d'une ampleur sans précédent. Il n'y a pas d'installations adéquates pour accueillir en toute sécurité les habitants du nord de la bande de Gaza, et leur sécurité reste menacée car les frappes aériennes israéliennes ciblent constamment le centre et le sud de la bande de Gaza.

Une réinstallation forcée sans aucune garantie de sécurité ou de retour et sans répondre aux besoins de la population protégée risque d'être assimilée à un transfert forcé, ce qui constitue une grave violation du droit international humanitaire et est codifié comme un crime de guerre. Israël est tenu par le droit international d'assurer la protection de toutes les personnes se trouvant sur place et de veiller à ce qu'elles soient correctement approvisionnées, notamment en acceptant et en facilitant les programmes de secours.

L'horrible violence qui a embrasé Gaza et Israël au cours de la semaine dernière a déjà créé des besoins humanitaires sans précédent. À la date du 13 octobre 2023, 11h00 EST, plus de 1 799 Palestiniens ont été tués à Gaza, plus de 1 300 personnes en Israël, y compris des ressortissants étrangers, et 45 Palestiniens en Cisjordanie. Des centaines d'enfants ont été tués. Des centaines de milliers d'enfants et de familles de Gaza ont déjà été déplacés. Des quartiers entiers ont été détruits et réduits à l'état de ruines.

Pourtant, des événements récents indiquent que le pire est peut-être encore à venir. Nous, soussignés, dirigeants de certaines des plus grandes organisations humanitaires du monde, appelons la communauté internationale à faire respecter sans équivoque le droit international et à donner la priorité à la protection des civils afin d'éviter de nouvelles souffrances et de nouvelles pertes en vies humaines.

Les dirigeants mondiaux doivent :

  • Exiger que le gouvernement d'Israël annule immédiatement son décret ;
  • Exiger de toutes les parties qu'elles acceptent une cessation immédiate des hostilités ;
  • Exiger l'arrêt de l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées ainsi que le ciblage des civils, des locaux inviolables de l'ONU, des écoles et des hôpitaux où les civils s'abritent ;
  • Faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire essentielle et vitale, y compris la nourriture, l'eau, les fournitures médicales et les soins, ainsi que l'accès du personnel humanitaire à Gaza ;
  • Faciliter immédiatement les évacuations médicales pour les enfants et les familles qui en ont besoin en Égypte, en Cisjordanie ou en Israël ;
  • Assurer la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes privées de liberté, en premier lieu les enfants, les femmes enceintes et les mères accompagnées de nourrissons et d'enfants en bas âge, les blessés et les malades détenus par des groupes armés à Gaza ; et
  • Garantir un passage sûr aux familles qui ont besoin de se mettre à l'abri et qui veulent le faire, vers tout endroit où elles se sentent en sécurité. Les familles doivent avoir un accès adéquat aux informations sur les options possibles et disposer de suffisamment de temps pour le faire en toute sécurité. Le gouvernement israélien a l'obligation, en vertu du droit international humanitaire, de fournir un abri sûr et une assistance humanitaire aux civils déplacés par son offensive, et cela doit être soigneusement préparé avant toute offensive. Toute personne cherchant à se mettre en sécurité en dehors de la bande de Gaza doit être immédiatement autorisée à y retourner dès la fin des hostilités, conformément à son droit au rapatriement ou au retour dans son lieu de résidence habituel. Ce droit doit être garanti au niveau international.

Les familles qui ne peuvent ou ne veulent pas quitter leur foyer restent protégées par le droit international humanitaire. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les gens ne peuvent pas tenir compte de ces avertissements pour quitter les zones, notamment les hostilités en cours, les routes impraticables, les besoins en matière de santé, les handicaps et la crainte d'un déplacement permanent. Nombreux sont ceux qui n'ont pas d'autre endroit où aller.

Nous demandons instamment au Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et aux hauts responsables de l'ONU d'effectuer une visite d'urgence dans le territoire palestinien occupé et en Israël afin de garantir le respect du droit international et de faire preuve de solidarité avec les personnes touchées et les humanitaires.

Nous demandons aux dirigeants mondiaux et aux acteurs sur le terrain de donner la priorité à la préservation de la vie humaine. Si ce n'est pas le cas, notre conscience collective sera à jamais entachée.

 

Olivier Longue - Directeur général, Action contre la faim - Espagne

Mattias Brunander - Secrétaire général, Diakonia

Manuel Patrouillard - Directeur général, Handicap International / Humanity & Inclusion

Joël Weiler - Directeur général, Médecins du Monde - France

Nicolás Dotta - Directeur général, Médecins du Monde - Espagne

Morgane Rousseau - Déléguée générale, Médecins du Monde - Suisse

Tjada D'Oyen McKenna - Directrice générale, Mercy Corps

Jan Egeland - Secrétaire général, Conseil norvégien pour les réfugiés

Amitabh Behar - Directeur général, Oxfam International

Stephen Omollo - Directeur général, Plan International

Inger Ashing - Directrice générale, Save the Children International

Rob Williams - Directeur général, War Child UK

Publié le : 14 octobre 2023

Pour aller plus loin

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie Urgence

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie

Déclaration de Handicap International

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire Urgence

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

Les leaders mondiaux n'agissent pas