Accès direct au contenu

Des tap-tap pour tout le monde

Les bus collectifs appelés tap-tap, sont le moyen de transport le plus utilisé par les Haïtiens. Petites estafettes mal équipées, ils sont très souvent difficiles d’accès pour les personnes handicapées et constituent un frein à leur mobilité, et donc à leur intégration sociale et économique. Handicap International conduit un projet pilote de mise en accessibilité d’un bus collectif et accompagne une commune de Port-au-Prince pour rendre accessible une station de tap-tap.

Les bus collectifs appelés tap-tap, sont le moyen de transport le plus utilisé par les Haïtiens. Petites estafettes mal équipées, ils sont très souvent difficiles d’accès pour les personnes handicapées et constituent un frein à leur mobilité, et donc à leur intégration sociale et économique.

Handicap International conduit un projet pilote de mise en accessibilité d’un bus collectif et accompagne une commune de Port-au-Prince pour rendre accessible une station de tap-tap.

La cellule accessibilité de Handicap International constituée d’architectes, d’ingénieurs et d’un ergothérapeute a lancé un projet qui a pour but d’améliorer l’accessibilité des transports en commun. Un atelier a été organisé avec une université formant des architectes pour les faire réfléchir à l’aménagement d’un arrêt de tap-tap à Port-au-Prince. Un concours d’idée a été lancé auprès de 3 écoles professionnelles pour les amener à imaginer des aménagements pouvant faciliter l’accès au tap-tap pour les personnes à mobilité réduite. Les premières images sont attendues au début du printemps, avant de passer aux réalisations concrètes. Un premier prototype doit être prêt en septembre 2014.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?