Accès direct au contenu

Diffusion des messages de prévention contre les mines

Suite à une évaluation des risques liés aux mines et restes explosifs de guerre, Handicap International mène depuis début avril une mission d'urgence d'éducation aux dangers de ces armes auprès des populations menacées. Aujourd'hui, l'association a renforcé ses équipes sur place et étend ses zones d'activité.
Affiche

Suite à une évaluation des risques liés aux mines et restes explosifs de guerre, Handicap International mène depuis début avril une mission d'urgence d'éducation aux dangers de ces armes auprès des populations menacées. Aujourd'hui, l'association a renforcé ses équipes sur place et étend ses zones d'activité.

Handicap International sensibilise les populations, et notamment les enfants, aux dangers des mines et des restes explosifs de guerre. A Benghazi, les équipes de l'association effectuent des sessions directes pour transmettre les bons réflexes à adopter en présence d'engins non explosés ou de tout objet inconnu (ne pas les approcher, ni les toucher, marquer la zone dangereuse, prévenir les équipes de Handicap International sur place et les autorités locales). Au total, l'ONG est intervenue dans 23 camps de déplacés à Benghazi, permettant ainsi à plus de 2000 personnes (majoritairement des enfants) de bénéficier de sessions de sensibilisations.

Ces actions se sont élargies à des entreprises privées, des autorités locales, et d'autres associations.

Depuis le 23 juin, Handicap International mène également ses activités d'éducation aux risques à Ajdabiya, constatant que les populations déplacées (de Brega, Ras Lanuf et des camps de Benghazi) sont retournées massivement dans la ville. Une équipe de 25 personnes a organisé plusieurs séances de prévention pour les enfants et leurs parents : elle a permis de toucher près de 3000 bénéficiaires.
Des scouts formés par l'association diffuse également des outils de sensibilisation à Misratah, une zone particulièrement touchée par le conflit.

Au total, ce sont plus de 30 000 dépliants et environ 2 500 affiches qui ont été distribués à Benghazi, Ajdabiya, Misratah, Brega et à la frontière tunisienne par Handicap International et les équipes de scouts opérant avec l'association.

De plus, afin de sensibiliser le plus grand nombre de personnes, Handicap International utilise des moyens de diffusion de masse : six radios libyennes émettent quotidiennement des messages de prévention. Des mosquées de Benghazi, Ajdabiya, et Misratah transmettent les messages de prévention de l'association lors de la prière du vendredi. Par ailleurs, ils sont également affichés sur une vingtaine panneaux routiers, particulièrement visibles dans ces trois villes.
Handicap International collabore aujourd'hui avec l'Unicef pour la production de nouveaux outils et le renforcement de la prévention auprès des enfants.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?