Go to main content

Du matériel pour la maternité de Ndjili

Réadaptation Santé
République démocratique du Congo
A l’hôpital général de Ndjili, un quartier pauvre de Kinshasa, la livraison de matériel médical par Handicap International a été accueillie avec reconnaissance. « Notre maternité n’a pas été renouvelée depuis les années 70".
Livraison de matériel : boites, emballages plastiques. Un homme à l'avant-plan note quelque chose sur des feuilles de papier.

A l’hôpital général de Ndjili, un quartier pauvre de Kinshasa, la livraison de matériel médical par Handicap International a été accueillie avec reconnaissance. « Notre maternité n’a pas été renouvelée depuis les années 70. »

Devant l’hôpital général de Ndjili (Kinshasa), un homme amaigri git sur un drap posé à même le sol. Le corps ne semble plus bouger. Une femme en pleurs, probablement sa fille, monte la garde à côté. Le directeur de l’hôpital, qui sort justement pour accueillir une délégation de Handicap International, réagit avec indignation et demande à deux membres de son personnel de porter l’homme à l’intérieur. Soulever le corps leur demande peu d’efforts. La femme en larmes reste à la porte et se cache le visage dans ses mains.

« C’est à ne pas y croire », rugit le directeur indigné. « Ces personnes sont d’abord allées dans un hôpital privé mais ont été renvoyées parce qu’elles ne pouvaient pas payer les frais d’hospitalisation. On ne renvoie tout de même pas un homme mourant ! Nous ne faisons jamais cela ici. »

Pas de nouveau matériel depuis les années 70

Et pourtant… L’hôpital ploie face au manque de moyens financiers : le personnel est payé avec difficulté, le matériel médical date des années septante. « L’hôpital a été fondé dans les années 70. Depuis, on y a acheté peu de nouveau matériel. »

On regarde donc avec joie la voiture de Handicap International en train d’être déchargée. La livraison prévoit des commodités pour la maternité : des tables d’accouchement, des balances, des tensiomètres, du matériel pour les césariennes et les curetages, des tabliers, des bottes, des gants, …

Les besoins sont importants, cela ne fait aucun doute après une petite visite à la salle d’accouchement. Sarah Kamuanga (19 ans) vient juste d’accoucher sur une table rouillée d’un garçon de 3.4 kilos. Elle est l’une des 120 femmes qui mettent leur enfant au monde dans des conditions pas vraiment roses.

“Nous espérons parvenir aux mêmes résultats qu’au centre mère-enfant de Bumbu, où nous avons aussi fourni du matériel médical et formé le personnel. Le nombre de mamans qui ne survivent pas à leur accouchement y a été rapidement réduit de moitié » explique le docteur Yves, responsable du projet de santé maternelle et infantile de Handicap International.

Une nouvelle salle de réadaptation

La salle de kiné de l’hôpital a été réhabilitée il y a un petit temps par Handicap International. « Avant, nous n’avions que quelques draps, même pas de matelas. Aujourd’hui, il y a un véo et nous pouvons exercer les enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale en leur faisant faire l’avion sur un grand ballon coloré. Chaque matin, nous accueillons une quarantaine d’enfants pour leur exercices » précise Elonge Shongo, secrétaire en chef de l’hôpital. « Un grand soulagement pour les parents et pour nos kinésithérapeutes qui peuvent enfin travailler correctement. »

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.