Goto main content

« Nous sommes des survivants »

Mines et autres armes
Colombie

A 24 ans, Freddy, un agriculteur colombien, est blessé à la main par un reste explosif de guerre. Il doit arrêter de travailler la terre.  Après une période sombre, grâce au soutien de Handicap International, il est parvenu à surmonter les conséquences de l'accident.

A 24 ans, Freddy est blessé par un reste explosif de guerre dans le département du Cauca, en Colombie. | ©J.M. Vargas/HI

« J’avais 24 ans. Je vivais avec ma femme et ma fille dans une maison modeste, à la campagne, dans la région de Vereda La Primavera. On fait partie de la communauté indigène Nasa. Je travaillais dans les plantations de café, de yucca et de maïs, avec d’autres membres de la communauté. Les conditions de travail étaient terribles. Nous étions dans l’incertitude permanente d’un nouvel affrontement, sans cesse sur nos gardes. Suite au conflit qui a déchiré notre pays durant des années, de nombreux restes explosifs de guerre ont été abandonnés sur le sol. On ne savait pas ce que c’était.

Un jour, avec mon oncle, on a trouvé un long tube : je l’ai frappé avec un marteau. C’était une mine : elle a explosé, blessant ma main. J’ai été immédiatement emmené à l’hôpital. Je m’en suis sorti, avec deux doigts en moins. Mais je me sentais détruit. Les problèmes se sont enchaînés : j’ai commencé à boire, ma femme m’a quitté, j’ai perdu mon père. J’ai dû arrêter de cultiver – je n’en étais plus capable. Une période très dure. »

Mais Freddy garde courage : « Grâce au soutien de Handicap International (H.I.), j’ai pu reprendre espoir. J’ai reçu un appui pour recevoir des médicaments et avoir droit à des visites médicales, j’ai aussi reçu un soutien psychologique. H.I. m’a aidé afin que je sois capable de m’investir dans l’association de défense des communautés indigènes victimes du conflit. Je suis devenu comptable, puis conseiller pour cette association. J’ai aussi reçu un soutien financier, qui m’a permis d’avoir un petit élevage de poulets. J’ai d’autres envies, comme celle d’enregistrer un second disque de musique. Sans le soutien de Handicap International, je n’aurais jamais repris confiance en la vie, ni développé mes projets. Nos droits ont été bafoués, nous sommes des victimes, des survivants. Mais l’avenir est devant nous. »

Publié le : 6 janvier 2022

Pour aller plus loin

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.

Atténuer l’impact des conflits
© Gwenn Dubourthoumieu / HI
Mines et autres armes

Atténuer l’impact des conflits

Le département de la Réduction de la violence armée chez HI supervise le déminage, l’éducation aux risques et la transformation de conflit... Des activités indispensables après une guerre.

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes Réadaptation

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.