Accès direct au contenu

Fuir vers un autre pays pour recevoir les soins médicaux adaptés

Santé Urgence
Jordanie Syrie
Haneen a 11 ans. Lorsqu’elle était encore en Syrie, elle a été opérée d’une tumeur au cerveau qui a gravement affecté sa mobilité. Sa famille a décidé de fuir vers la Jordanie afin de donner une chance à Haneen de recevoir le traitement médical et la rééducation dont elle a besoin.
Deux femmes adultes portant un voile assises autour d'Haneen et l'aident à fabriquer une chaîne

Haneen a 11 ans. Lorsqu’elle était encore en Syrie, elle a été opérée d’une tumeur au cerveau qui a gravement affecté sa mobilité. Sa famille a décidé de fuir vers la Jordanie afin de donner une chance à Haneen de recevoir le traitement médical et la rééducation dont elle a besoin. Avec l’aide des siens et de Handicap International Haneen réapprend les gestes du quotidien.

Haneen, ses parents et son petit frère sont arrivés en Jordanie en mai 2014 : « En Syrie, nous n’avions pas accès aux soins de santé dont Haneen a besoin et il n’y avait pas de kiné là où nous vivions. Nous avons donc décidé de partir pour la Jordanie dans l’espoir de poursuivre son traitement », dit son père.

Il y a sept mois, Haneen a été prise en charge par les équipes de Handicap International afin de commencer sa rééducation physique. Suhad Aboud, kinésithépeute pour Handicap International explique : « Ses capacités motrices ont été gravement affectée par la tumeur. Il faut donc lui réapprendre à marcher. Pour cela, nous faisons des exercices de renforcement musculaire et d’équilibre. ».

« Nous aidons également Haneen et sa famille à faire face à cette situation grâce à des séances de soutien psychologique. Il est important pour Haneen de retrouver confiance en elle, notamment grâce à de petits jeux et des bricolages. Aujourd’hui, nous allons fabriquer un collier.», poursuit Ala’a Alanber, travailleuse psychosociale dans l’équipe de Handicap International à Irbid.

Retrouver son autonomie

La petite fille remplie d’énergie a aussi reçu des aides à la mobilité et du matériel comme un lit, un matelas anti-escarres et un fauteuil roulant.

L’objectif des équipes de Handicap International est que Haneen retrouve son autonomie. Elle sera pour cela encore suivie pendant plusieurs semaines par Suhad et Ala’a. En attendant, « Haneen se rend à l’école grâce au fauteuil roulant que nous lui avons donné. C’est son papa qui l’y accompagne tous les jours », explique Ala’a.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».