Goto main content

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

Mines et autres armes Réadaptation
Afghanistan

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

Sanaullah, victime d'un mortier, a dû être amputé. Ici au centre de réadaptation physique de Kandahar en Afghanistan géré par Handicap International (photo d'archive 2019)

Sanaullah, victime d'un mortier, a dû être amputé. Ici au centre de réadaptation physique de Kandahar en Afghanistan géré par Handicap International (photo d'archive 2019) | © Jaweed Tanveer / HI

Handicap International reprend progressivement ses activités dans quatre provinces afghanes – Herat, Kunduz, Kandahar et Nimroz – considérant que les principes humanitaires de neutralité, d’impartialité et d’indépendance sont pour le moment respectés. L’association serait amenée à reconsidérer la poursuite de ses programmes si l’accès à l’aide pour les femmes ou d’autres parties de la population était entravé.

« L’accès des femmes, des personnes handicapées et des populations vulnérables aux services proposés par Handicap International est une condition indispensable à notre action. Nos équipes en Afghanistan sont dédoublées (hommes-femmes), permettant aux femmes de toujours bénéficier de nos services de réadaptation. Respecter la possibilité pour les femmes de travailler dans nos projets et garantir un accès égal aux services pour les femmes et les hommes est une priorité. Si des obstacles nous étaient imposés quant à l’accès à un certain type de bénéficiaires, cela nous amènerait à reconsidérer notre intervention dans le pays. »

Gilles Nouziès, responsable des programmes Asie à Handicap International

 

Équipes mobiles de réadaptation

Présente en Afghanistan depuis 1987, Handicap International est l’une des rares ONG actives dans les domaines de la réadaptation physique et du soutien psychosocial, services essentiels aux personnes blessées et handicapées pour regagner ou maintenir leur autonomie.

L’association a créé en 1996 à Kandahar le seul centre de réadaptation disponible dans le Sud du pays et le soutient sans interruption depuis lors. Il est géré par une équipe d’une cinquantaine de personnes et accueille généralement près de 300 patients par semaine. Dans les provinces où l’association intervient, des équipes mobiles de Handicap International se déplacent à domicile dans les zones rurales reculées où il n’y a pas d’accès aux infrastructures de santé.

Dans le pays, l’association apporte également un soutien psychosocial aux personnes qui en ont besoin, notamment les personnes déplacées à cause du conflit. Nos équipes sensibilisent également la population aux risques des mines et apportent un soutien aux personnes affectées par le Covid-19.

 

 

Les besoins humanitaires ne cessent de croître

Des décennies de guerre ont eu un impact direct sur la prévalence du handicap en Afghanistan : à cause de la présence de mines et de restes explosifs de guerre, des conflits armés et de l'accès limité aux services de santé et de nutrition, etc., Près de 80 % des adultes vivent aujourd’hui avec une forme ou une autre d’incapacité physique fonctionnelle, sensorielle ou autre. Et plus de 2,5 millions de ces personnes (14 %) vivent avec un handicap sévère.

« Les Afghans sont affectés par plusieurs décennies de conflit. Ils font face aux pénuries et au manque de services essentiels. Les besoins humanitaires ne cessent de croître. Le système de santé fragile, manquant de personnels formés, n’est pas en mesure de répondre aux besoins médicaux de la population. Maintenir des soins en réadaptation et des services psychosociaux est vital pour de nombreux Afghans. »

Julio Cesar Ortiz Arguedas, directeur de Handicap International en Afghanistan

 

 

Les actions de Handicap International en Afghanistan

Les équipes de Handicap International en Afghanistan comptent 260 personnes, dont 63 femmes et 30 personnes handicapées. L’association a apporté une aide à 160 000 personnes en 2020.

  • En 2020, plus de 17 000 personnes ont bénéficié de soins de réadaptation. L’association a distribué 3 700 prothèses et orthèses, ainsi que 9 200 aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.). Ces actions ont été menées dans le centre de réadaptation de Kandahar, dans celui de Kunduz ou grâce à des équipes mobiles qui se déplacent à domicile dans les zones rurales reculées.
  • L’association prévoit également de former 120 kinésithérapeutes, femmes et hommes, en 2021.
  • En 2020, Handicap International a apporté un soutien psychosocial à près de 6 000 personnes (sessions individuelles et collectives). Ce soutien est destiné aux personnes marquées psychologiquement par le conflit ou par tout autre événement traumatisant (personnes ayant dû fuir leur domicile en raison de la sécheresse ou du conflit, par exemple).
  • L’association sensibilise les populations aux risques liés à la présence de mines et de restes explosifs de guerre dans le pays.
  • Handicap International participe à la promotion et à la défense des droits des victimes de mines et des personnes handicapées. Elle favorise leur intégration dans la société, améliore leur accès aux services médicaux et aux autres services essentiels.
  • Nos équipes apportent une aide aux personnes affectées par la pandémie de Covid-19 (sensibilisation aux gestes barrières, distribution de kits d’hygiène, etc.).
Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : HI forme des kinés en réadaptation d'urgence pour s’occuper des blessés du séisme
© R. Crews / HI
Réadaptation Urgence

Haïti : HI forme des kinés en réadaptation d'urgence pour s’occuper des blessés du séisme

L'équipe d'urgence de Handicap International a entamé un processus de formation de kinésithérapeutes qui viendront renforcer les hôpitaux locaux et un centre de rééducation aux Cayes, en Haïti.

Margaret Nguhi : « Ma plus grande motivation, contribuer à changer la vie de quelqu’un »
© HI
Insertion Réadaptation Santé

Margaret Nguhi : « Ma plus grande motivation, contribuer à changer la vie de quelqu’un »

A l’occasion de la journée mondiale humanitaire de ce 19 août, portrait de Margaret Nguhi, dite ‘Maggie’ : femme, kenyane, responsable de HI, engagée pour les autres dans son propre pays.

Premiers pas vers l'avenir
© A. Servant / HI
Réadaptation

Premiers pas vers l'avenir

Un incident violent a couté à Hervé sa jambe droite. Aujourd’hui, avec le soutien de HI, le jeune homme de 26 ans se tiens à nouveau sur ses deux pieds.