Accès direct au contenu

Haïti: « J’ai pensé que j’allais mourir » - Derline Exinort, 24 ans

Réadaptation Urgence
Haïti
Amputée d'une jambe après avoir passé 24 heures sous les décombres de sa maison, Derline doit à présent reconstruire sa vie. Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite.
Un blessé sous les ruines - Haïti

Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite. Elle a aussi une importante fracture au bras gauche. Une équipe de Santé de Handicap International, constituée d'un kiné et d'un ergothérapeute, s'est occupée d'elle. Elle a ensuite reçu un fauteuil roulant pour lui permettre de retrouver un peu de mobilité. L'ergothérapeute l'a aidée à se lever, à s'installer sur le fauteuil. Un moment d'émotion pour l'équipe Santé et pour Derline qui était jusque-là installée aux abords de l'hôpital de Canapé Vert, sur un matelas de fortune et sous une tente précaire, sans pouvoir se déplacer. D'ordinaire, Derline vit à Port-au-Prince avec ses cousines. Le reste de sa famille, ses parents et frères et sœurs habitent hors de la ville et n'ont pas été touchés. Ils lui rendent visite tous les jours. Avant la catastrophe, elle était dans une classe équivalente à la terminale, en vue de devenir infirmière. Un vœu qu'elle pense remis en cause par son amputation, elle est très inquiète maintenant qu'on lui a « enlevé sa jambe ». Mais quand l'ergothérapeute de l'association lui a parlé d'une prothèse et des projets d'ateliers d'appareillage de Handicap International, Derline l'a embrassé mille fois.

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19
© Handicap International
Urgence

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19

Là-bas comme ici, la crise COVID-19 touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques. Pour répondre à cette crise et aux besoins des plus vulnérables Handicap International a mis en place une réponse globale, B-SAFE.

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.