Go to main content

Haïti: « J’ai pensé que j’allais mourir » - Derline Exinort, 24 ans

Réadaptation Urgence
Haïti
Amputée d'une jambe après avoir passé 24 heures sous les décombres de sa maison, Derline doit à présent reconstruire sa vie. Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite.
Un blessé sous les ruines - Haïti

Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite. Elle a aussi une importante fracture au bras gauche. Une équipe de Santé de Handicap International, constituée d'un kiné et d'un ergothérapeute, s'est occupée d'elle. Elle a ensuite reçu un fauteuil roulant pour lui permettre de retrouver un peu de mobilité. L'ergothérapeute l'a aidée à se lever, à s'installer sur le fauteuil. Un moment d'émotion pour l'équipe Santé et pour Derline qui était jusque-là installée aux abords de l'hôpital de Canapé Vert, sur un matelas de fortune et sous une tente précaire, sans pouvoir se déplacer. D'ordinaire, Derline vit à Port-au-Prince avec ses cousines. Le reste de sa famille, ses parents et frères et sœurs habitent hors de la ville et n'ont pas été touchés. Ils lui rendent visite tous les jours. Avant la catastrophe, elle était dans une classe équivalente à la terminale, en vue de devenir infirmière. Un vœu qu'elle pense remis en cause par son amputation, elle est très inquiète maintenant qu'on lui a « enlevé sa jambe ». Mais quand l'ergothérapeute de l'association lui a parlé d'une prothèse et des projets d'ateliers d'appareillage de Handicap International, Derline l'a embrassé mille fois.

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.