Accès direct au contenu

Haïti: « J’ai pensé que j’allais mourir » - Derline Exinort, 24 ans

Réadaptation Urgence
Haïti
Amputée d'une jambe après avoir passé 24 heures sous les décombres de sa maison, Derline doit à présent reconstruire sa vie. Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite.
Un blessé sous les ruines - Haïti

Derline, 24 ans, a été retrouvée sous les décombres de la maison où elle vivait, le lendemain du tremblement de terre. « J'ai pensé que j'allais mourir, j'ai prié Dieu et la Vierge Marie de me donner de l'air ». Un buffet était tombé sur elle avec les débris de la maison qui s'était écroulée, l'immobilisant au sol. A cause de la gravité de sa blessure, Derline a été amputée de la jambe droite. Elle a aussi une importante fracture au bras gauche. Une équipe de Santé de Handicap International, constituée d'un kiné et d'un ergothérapeute, s'est occupée d'elle. Elle a ensuite reçu un fauteuil roulant pour lui permettre de retrouver un peu de mobilité. L'ergothérapeute l'a aidée à se lever, à s'installer sur le fauteuil. Un moment d'émotion pour l'équipe Santé et pour Derline qui était jusque-là installée aux abords de l'hôpital de Canapé Vert, sur un matelas de fortune et sous une tente précaire, sans pouvoir se déplacer. D'ordinaire, Derline vit à Port-au-Prince avec ses cousines. Le reste de sa famille, ses parents et frères et sœurs habitent hors de la ville et n'ont pas été touchés. Ils lui rendent visite tous les jours. Avant la catastrophe, elle était dans une classe équivalente à la terminale, en vue de devenir infirmière. Un vœu qu'elle pense remis en cause par son amputation, elle est très inquiète maintenant qu'on lui a « enlevé sa jambe ». Mais quand l'ergothérapeute de l'association lui a parlé d'une prothèse et des projets d'ateliers d'appareillage de Handicap International, Derline l'a embrassé mille fois.

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?