Goto main content

Handicap International dénonce la récente utilisation de mines antipersonnel par Israël

L’armée israélienne a récemment indiqué avoir posé de nouvelles mines antipersonnel sur le plateau du Golan, le long de sa frontière avec la Syrie, pour se prémunir de son franchissement par des civils. Membre fondateur de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), Handicap International demande à Israël de renoncer à recourir à une arme déclarée illégale par une large majorité de nations.
Mines

L’armée israélienne a récemment indiqué avoir posé de nouvelles mines antipersonnel sur le plateau du Golan, le long de sa frontière avec la Syrie, pour se prémunir de son franchissement par des civils. Membre fondateur de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), Handicap International demande à Israël de renoncer à recourir à une arme déclarée illégale par une large majorité de nations.

Selon un représentant de l’armée israélienne, le major Ariel Iluz, cité dans un magazine militaire israélien, de nouvelles mines antipersonnel ont été posées sur le plateau du Golan. L’objectif affiché serait d’empêcher, en septembre prochain, d’éventuels manifestants venus de Syrie de pénétrer massivement dans la zone du Golan, au moment où le vote des Nations Unies sur la reconnaissance d’un Etat Palestinien pourrait se traduire par un surcroit de tensions.

Bien qu’Israël ne soit pas partie au Traité d’interdiction des mines antipersonnel de 1997 (Traité d’Ottawa), qui réunit aujourd’hui 156 Etats, il s’agit de la première nouvelle utilisation confirmée de ces armes par l’armée israélienne depuis 10 ans selon les chercheurs d’ICBL. « Il est particulièrement préoccupant d’apprendre qu’Israël a choisi de recourir à nouveau à ces armes, pourtant clairement rejetées par la communauté internationale, dans le but affiché de se protéger contre des incursions de manifestants » déclare Paul Vermeulen, responsable du plaidoyer pour le réseau Handicap International. « Même sans être partie au Traité d’Ottawa, l’armée israélienne ne peut ignorer que leur utilisation délibérée contre des civils est contraire aux règles du droit international humanitaire et en violation de la Convention sur certaines armes classiques, dont Israël est Etat partie ».

L’annonce de cette nouvelle utilisation intervient alors qu’Israël avait récemment déclaré travailler au déminage de plusieurs zones, en reconnaissance de l’impact humanitaire de ces armes. Israël a par ailleurs arrêté la production de mines antipersonnel depuis plusieurs années et mis en place un moratoire sur leur exportation.

« En tant que membre fondateur de la campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel, mais aussi en tant qu’ONG travaillant auprès de leurs victimes dans de nombreux pays, nous appelons Israël à déminer les territoires sous son contrôle dans les meilleurs délais afin d’éviter toute nouvelle victime de ces armes inhumaines et aveugles» ajoute Paul Vermeulen.

Selon les chercheurs d’ICBL, seuls deux autres Etats non parties au Traité d’Ottawa auraient récemment utilisé des mines antipersonnel – la Libye et le Myanmar (Birmanie).
« Les mines antipersonnel tuent et mutilent chaque année des milliers de civils à travers le monde. Signataire ou non du Traité d’Ottawa, l’utilisation de ces armes par n’importe quel Etat ou groupe non étatique est contraire au droit » conclut Paul Vermeulen.
 

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.