Accès direct au contenu

Handicap International étend son intervention à Mossoul

Urgence
Irak
Handicap International travaille dans deux hopitaux de Mossoul mais a également étendu son aide d'urgence à un centre de santé dans la ville. Depuis le début de l'offensive militaire à Mossoul, plus de 485.000 habitants ont fui les combats. Des centaines de milliers de personnes sont pris au piège des combats. 
Un jeune garçon avec une jambe dans un bandage et un fixateur externe, allongé sur un tapis sous une tente. Un kinésithérapeute de Handicap International est agenouillé devant lui et regarde sa jambe.

Handicap International travaille dans deux hopitaux de Mossoul mais a également étendu son aide d'urgence à un centre de santé dans la ville. Depuis le début de l'offensive militaire à Mossoul, plus de 485.000 habitants ont fui les combats. Des centaines de milliers de personnes sont pris au piège des combats. 

Maud Bellon, coordinatrice de l'aide d'urgence de Handicap International pour Mossoul et présente sur place, dépeint la situation : "Près de sept mois après le début de l’opération militaire pour reprendre la ville de Mossoul, plus de 12 000 civils ont été blessés dans les affrontements ou en essayant de fuir les combats. Plus de la moitié d’entre eux viennent de la zone ouest de Mossoul où les forces armées poursuivent actuellement leur offensive. » 

« Si beaucoup d’habitants de l’ouest de la ville fuient Mossoul, un grand nombre d’entre eux se dirigent également vers les quartiers situés à l’est, repris par l’armée en janvier 2017»,

L’association intervient d’ores et déjà dans deux autres hôpitaux en périphérie de la ville, où elle offre des services de réadaptation aux patients.« Pour couvrir un maximum de besoins et intervenir au plus près de la population, nous allons donc étendre notre intervention au sein même de la ville, dans un centre de santé. Plusieurs kinésithérapeutes, travailleurs psycho-sociaux et psychologues assisteront les personnes qui ont été blessées » ajoute Maud.

Des activités étendues dans les camps de déplacés.

Le nombre croissant de blessés s’ajoute à des mouvements de population qui se sont fortement intensifiés au cours des dernières semaines.  "Plus des trois quarts des civils ayant fui Mossoul vivent dans des camps de déplacés, installés au sud et à l’est de la ville. Des milliers de déplacés transitent par le point de contrôle de Hammam al Alil, chaque jour" explique Maud Bellon.

"Nous sommes déjà présents dans six camps mais nous intervenons également dans cette zone depuis peu, pour venir en aide aux déplacés plus rapidement ", indique la coordinatrice terrain de Handicap International.

« Notre intention vise en priorité les personnes les plus vulnérables: les civils blessés, en situation de handicap ou encore les personnes en situation de détresse psychologique. Ces personnes ont été particulièrement affectées par un accès aux soins très aléatoires, les bombardements et les difficultés de fuir Mossoul. Notre assistance est essentielle pour elles. »

Un retour extrêmement risqué

Si des dizaines de milliers de personnes continuent à fuir Mossoul, le nombre de familles retournant dans leurs zones d’origine est également en nette augmentation. « Plus de 100 000 personnes sont déjà rentrées chez elles et le nombre de retours a même surpassé celui des arrivées, dans certains camps, au cours du dernier mois » explique Maud Bellon.

« Le danger reste pourtant énorme dans ces zones encore jonchées de restes explosifs de guerre. Nous poursuivons nos activités d’éducation aux risques dans les camps et dans les bus qui ramènent les déplacés dans les zones de Mossoul reprises par les forces armées ». Depuis le début de sa réponse d’urgence, Handicap International a déjà sensibilisé plus de 25 000 personnes aux dangers des restes explosifs de guerre.

Si le sort des habitants de Mossoul vous touche, vous pouvez aider Handicap International à leur donner des traitements de réadaptation, un soutien psychologique et des sessions de sensibilisation aux risques des engins de guerre non explosés. Cliquez ici pour faire un don.

Pour aller plus loin

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.