Goto main content

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible

Insertion
République démocratique du Congo

La Vie est un congolais de 18 ans atteint de nanisme. Il a récemment rejoins notre équipe d'intervention EMIR et contribue aux travaux d'infrastructure sur l'axe de circulation de Mpeti-Pinga.

Lors des interventions de l’ONG Handicap International (HI), les recrutements de la main d’œuvre non qualifiée prévoient d’intégrer à minima 20% de femmes et 10% de PSH. C’est ainsi que La Vie s’est inscrit dans sa communauté pour participer au tirage au sort et avoir la chance de travailler sur le projet de réhabilitation de l’axe Mpeti-Pinga.

Lors des interventions de l’ONG Handicap International (HI), les recrutements de la main d’œuvre non qualifiée prévoient d’intégrer à minima 20% de femmes et 10% de PSH. C’est ainsi que La Vie s’est inscrit dans sa communauté pour participer au tirage au sort et avoir la chance de travailler sur le projet de réhabilitation de l’axe Mpeti-Pinga. | HI

L’inclusion reste difficile dans les métiers du génie civil, d’autant plus en République Démocratique du Congo (RDC) où les infrastructures et l’accessibilité sont déjà fortement limitées, notamment dans les zones d’intervention des Equipes Mobiles d’Intervention Rapide (EMIR*). Cependant, ces dernières ont mis en avant une approche inclusive des personnes en situation de handicap (PSH), comme c’est ici le cas de La Vie.

Portrait: La Vie Banteya

Atteint de nanisme avec des complications d’incurvation des jambes, nous avons rencontré La Vie qui nous a raconté son histoire.

« Je m’appelle La Vie BANTEYA. J’ai aujourd’hui 18 ans et je suis chef de ménage. J’ai à ma charge cinq autres personnes, mes trois petites sœurs, mon frère cadet et ma grand-mère. Mes parents ont abandonné la famille depuis plus de 5 ans maintenant pour s’installer dans des zones minières, quelque part dans le territoire de Walikale. Je n’ai plus de nouvelles depuis »

Pour subvenir aux nombreux besoins de sa famille, il fait des petits travaux occasionnels qui lui permettent de gagner environ 6 000 francs congolais par semaine soit l’équivalent de 3,15 USD. Cette somme doit couvrir entre autre les soins médicaux de la famille et ses frais scolaires à l’Institut Kaylenge où il est en 5 ième année du secondaire, option nutrition.

Intégration et rôle au sein de l’équipe

Lors des interventions de l’ONG Handicap International (HI), les recrutements de la main d’œuvre non qualifiée prévoient d’intégrer à minima 20% de femmes et 10% de PSH. C’est ainsi que La Vie s’est inscrit dans sa communauté pour participer au tirage au sort et avoir la chance de travailler sur le projet de réhabilitation de l’axe Mpeti-Pinga. Une aubaine pour lui et ses proches, et ce ne sont sans doute pas les 9 km qu’il doit parcourir quotidiennement pour se rendre sur le chantier qui le freineront.

« Sur le chantier, il réalise des tâches ordinaires au sein de l’équipe : ouverture de fossés, ravitaillement en eau de boisson, défrichage, désherbage, … Intégré, ses coéquipiers l’affectionnent particulièrement pour son sens de l’humour et son courage au travail » nous rapportait Venant, chargé communautaire à HI.

Perspective d’activité génératrice de revenu

Après 10 jours de travail, La Vie aura gagné près de 117 000 Francs congolais (60,00 USD). Il compte investir cet apport en achetant 2 chèvres génitrices et ainsi débuter un petit élevage. A la suite de quoi, il pourra vendre son bétail et ainsi payer sa scolarité et celle de ses cadets.

 

* EMIR est un département logistique de Handicap International – Atlas Logistique. Atlas Logistique fait partie de la famille HI. C’est notre unité opérationnelle spécialisée dans la mise en œuvre de services logistiques et la gestion de chaînes d’approvisionnement pour les organisations humanitaires. 

Publié le : 17 juillet 2020

Pour aller plus loin

Au Somaliland, la sécheresse menace la survie des communautés pastorales
© HI
Insertion

Au Somaliland, la sécheresse menace la survie des communautés pastorales

Amina, vient d’une longue lignée de bergers. Des années de pluies insuffisantes et le changement climatique ont mis son moyen de subsistance en danger. Elle a dû quitter son foyer et sa mode de vie.

Giovanna Osorio Romero : « Il faut briser les stéréotypes »
© Victor Cano / HI
Droits Insertion Prévention

Giovanna Osorio Romero : « Il faut briser les stéréotypes »

Depuis plus de trente ans, Giovanna Osorio R. se bat au quotidien pour rendre la société plus inclusive et changer le regard porté sur les personnes handicapées.

Tchad : Khadidja, une femme forte et indépendante
© F. Rabezandirantsoa Bakoly / HI
Insertion

Tchad : Khadidja, une femme forte et indépendante

HI aide Khadidja, une entrepreneuse de 27 ans, à réparer son orthèse et à ouvrir son propre commerce.