Accès direct au contenu

Indonésie : de nombreuses victimes restent inaccessibles

Urgence
Indonésie
L’équipe d’urgence de HI, arrivée en Indonésie, s’organise pour apporter l’aide la plus pertinente possible aux victimes du tsunami et de ses conséquences.

Les conséquences du séisme puis du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10,000 le nombre de blessés et 800 celui des personnes portées disparues.

L’équipe d’urgence de Handicap International (HI) arrivée en Indonésie, s’organise pour apporter l’aide la plus pertinente possible aux victimes du tsunami et de ses conséquences. « Les quatre experts de HI se sont séparés en deux équipes. L’une est à Makassar, aéroport au Sud de l’île de Sulawesi touchée par la catastrophe, et d’où l’aide peut être acheminée. L’autre est à Jakarta, pour coordonner la réponse de HI avec les autorités et organisations humanitaires», explique Fanny Mraz, directrice des équipes d’urgence de HI. « Les conséquences du tsunami, comme les glissements de terrain et les phénomènes de liquéfaction, n’ont pas permis aux secours d’accéder tout de suite à certaines zones fortement touchées »

L'aide aux blessés

Malgré ces défis, Handicap International va bientôt finaliser l’évaluation des besoins de santé des victimes du tsunami et de ses conséquences à Sulawesi, plus particulièrement en ce qui concerne les soins de réadaptation et le soutien mental et psychosocial. En effet, depuis ce week-end, son partenaire local CIS-Timor, acteur dans le domaine de la santé, analyse les besoins prioritaires des populations. « Il est clair que le plus grand besoin est l’aide aux blessés, suivi de la prévention des maladies résultant des dommages causés aux infrastructures et réseaux d’eau : diarrhées, infections respiratoires », poursuit Fanny Mraz.

Défis logistiques

«La situation sur place est compliquée, nos équipes font face à de nombreux défis. D’abord, plus de 68% des centres de santé seraient dysfonctionnels, ce qui explique la saturation des hôpitaux dans la zone. Alors que plus de 10,000 personnes sont blessées, dont près de 2,500 blessés sévères !  Ce nombre ne cesse d’augmenter», s’alarme la directrice des équipes d’urgence de HI. « Être présents à Makassar nous permettra d’acheminer très rapidement une aide matérielle aux victimes, comme des béquilles ou des kits pour couvrir leurs besoins essentiels ».

Handicap International est membre du Consortium 12-12 pour les actions d'urgence.

 

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.