Accès direct au contenu

Inondation dans les camps de réfugiés Sahraouis

Urgence
Algérie
Mi-octobre, des pluies torrentielles se sont abattues sur les camps de réfugiés sahraouis de Layoun, Aussert, Smara, Boujdour et Dahkla, situés au Sud-Ouest de l’Algérie, provoquant des inondations destructrices. Les très nombreux dégâts fragilisent dangereusement les populations qui vivaient déjà dans des conditions précaires. Handicap International mobilise ses équipes pour venir en aide aux plus vulnérables.
Un ciel gris au-dessus de maisons en terre effondrées

Mi-octobre, des pluies torrentielles se sont abattues sur les camps de réfugiés sahraouis de Layoun, Aussert, Smara, Boujdour et Dahkla, situés au Sud-Ouest de l’Algérie, provoquant des inondations destructrices. Les très nombreux dégâts fragilisent dangereusement les populations qui vivaient déjà dans des conditions précaires. Handicap International mobilise ses équipes pour venir en aide aux plus vulnérables.

Si l’on ne déplore aucune victime à l’issue de la semaine de pluies dévastatrices qui ont frappé les camps de réfugiés sahraouis établis au Sud-Ouest de l’Algérie, les inondations qu’elles ont entraînées ont provoqué d’importants dégâts. 57 000 personnes (environ 11 441 familles) se trouvent dans un complet dénuement.

Les maisons en terre, particulièrement friables, dans lesquelles elles vivaient n’ont pas résisté à ces intempéries : plus de 10 000 habitations sont endommagées ou détruites. Dans le camp de Dahkla, toutes les maisons, sans exception, se sont effondrées, laissant leurs occupants totalement désemparés.

Les infrastructures des camps ont également été touchées : hôpitaux, dispensaires, écoles et administrations se sont écroulés ou menacent de le faire.

La réponse de Handicap International

En réponse aux dommages causés par ces inondations sans précédent, Handicap International lance une intervention d’urgence. Sur place, les équipes ont déjà évalué l’ampleur des dégâts et les besoins des populations sinistrées. L’organisation s’apprête à mettre en place des espaces d’accueil temporaires pour les enfants, leur offrant abris et activités récréatives. Elle envisage également la distribution aux populations les plus vulnérables de kits d’hygiène, de bâches, de lampes torches, d’ustensiles de cuisine, etc., voire un appui à la reconstruction des infrastructures détruites.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».