Go to main content

«Je suis super impatiente de retourner en classe»

Insertion Réadaptation
Haïti
Un peu partout dans le monde, les enfants retrouvent le chemin de l'école. Christella vit à Port-au-Prince, en Haïti. Amputée de la jambe gauche suite au séisme qui a frappé le pays en 2010, la jeune fille a reçu une prothèse et est toujours suivie par les équipes de Handicap International. Après un bel été, elle se réjouit, elle aussi, de retourner en classe.
Christella assise dans la cour de sa maison, un cahier ouvert sur les genoux

Un peu partout dans le monde, les enfants retrouvent le chemin de l'école. Christella vit à Port-au-Prince, en Haïti. Amputée de la jambe gauche suite au séisme qui a frappé le pays en 2010, la jeune fille a reçu une prothèse et est toujours suivie par les équipes de Handicap International. Après un bel été, elle se réjouit, elle aussi, de retourner en classe.

En ce mois d'août, le temps des vacances s'achève à Port-au-Prince. Christella, 16 ans, s’enthousiasme à l’approche de la rentrée scolaire. Suite à ses examens de juin, qu’elle a réussis brillamment, elle va commencer sa troisième secondaire.

« Les vacances étaient super. J’ai eu beaucoup de temps libre, alors j'ai profité de ma famille, aidé ma maman au magasin, confectionné des bracelets et des enveloppes artisanales. Grâce à mon portable, mes amis ne m’ont pas trop manqué – on a pu s’envoyer des textos et s’appeler. Et j’ai régulièrement vu Dina, une copine rencontrée au centre de réadaptation, qui a perdu sa jambe droite », explique-t-elle.

Depuis cinq ans, Christella est régulièrement suivie par les équipes de Handicap International. En avril 2014, elle s’est rendue au centre Healing Hands for Haïti, un centre de réadaptation et d’appareillage, où sa prothèse a été entretenue – changement de pied et ajustement de l’emboiture. « Maintenant, j’ai un nouveau pied. Mais sa couleur ne semble pas naturelle. Du coup, je ne porte pas de sandale, car on voit immédiatement que ce n’est pas un vrai », confie-t-elle.

Dans quelques jours, Christella sera de retour à l’école. « Je suis vraiment impatiente. Je vais dans cette école depuis toute petite, et m’y sens très bien. J’ai toujours eu de bons résultats, et j’ai plein d’amis. Ce que je préfère ? Les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie. En fait, je rêve de devenir médecin ».

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.