Accès direct au contenu

Jemerson : surmonter l'accident

Insertion Mines et autres armes
Colombie
Jemerson a 13 ans et vit en Colombie. Aujourd'hui, il est retourné à l'école mais il lui a fallu du temps et de l'aide pour surmonter l'accident dans lequel il a perdu sa main.
Jemerson, jeune Colombien de 13 ans, assis en classe, un cahier devant lui. Il est amputé de la main gauche.

Jemerson a 13 ans et vit en Colombie. Aujourd'hui, il est retourné à l'école mais il lui a fallu du temps et de l'aide pour surmonter l'accident dans lequel il a perdu sa main.

Un petit village dans la municipalité de Corinto. Jemerson, 13 ans, est assis en classe, l’air crâneur, le regard fier. Il suit le cours distraitement. Son bras gauche repose sur son carnet. Il lui manque une main. « C’était un accident. Jemerson avait 10 ans, il allait à la Ucrania, une ferme près de chez nous. Il a ramassé un engin « comme une balle », qui a explosé. J’ai retrouvé mon fils en sang, la main déchirée. Un vrai drame », rappelle Viviana, sa maman, 28 ans.

Une vie qui bascule

Emmené immédiatement à l’hôpital Valle de Lili à Cali, Jemerson a subi plusieurs opérations et a été amputé de la main gauche. « La vie qui bascule. Jemerson, sûr de lui, sportif, joyeux, est devenu colérique et déprimé. Il pleurait sans cesse. Un enfant de dix ans qui veut se couper les veines… Il me demandait : ‘Pourquoi je ne peux pas mourir ?’. Il rêvait souvent qu’il ramassait un objet explosif. Il ne voulait plus dormir seul. C’était très dur ».

Quelques mois plus tard, Jemerson rencontre Handicap International (HI) et l’association Tierra de Paz. Il suit des séances de rééducation et participe à des ateliers de soutien psychologique organisés avec d’autres enfants victimes de mines : « Nous avons participé à ces ateliers, cela nous a fait beaucoup de bien. On a appris à valoriser notre force, à l’utiliser pour aller de l’avant. Ce soutien a été essentiel pour Jemerson et moi», complète sa maman.

Payer le transport jusqu'à l'école

Viviana éduque ses deux enfants seule, dans une petite maison située dans le village de El Jagual : « C’est un quartier qui reste ‘chaud’. Vendredi dernier, des bandes criminelles ont tiré pendant la nuit. On est restés enfermés à la maison », explique-t-elle. Le confort de la maison est très rudimentaire : « Le sol et les murs sont en terre. Les sanitaires sont dans le jardin. On partage la même chambre à trois. Grâce au soutien de HI et de Tierra de Paz, j’ai reçu du matériel pour lancer mon petit salon de manucure. Un projet qui me permet de compléter ce que je gagne en travaillant dans les plantations d’ananas. Grâce à cet argent supplémentaire, je peux notamment payer les frais de transport de Jemerson jusqu’à l’école ».  

Fin de la journée, Jemerson, son sac sur le dos, s’éloigne de la classe en trainant les pieds, les mains dans la poche. Plus tard, il veut devenir militaire. Viviana réagit : « Ses grands-parents sont décédés dans le conflit. Mes trois frères aussi. Jemerson a perdu sa propre main. Alors, l’imaginer militaire... Mais je mets la peur derrière moi. Je ne peux pas m’opposer ».

Surmonter les conséquences d'un handicap, disposer des revenus suffisants pour aller à l'école, cela a été rendu possible grâce aux équipes de Handicap International.

Soutenez-les, faites un don !

 

 

Pour aller plus loin

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.