Accès direct au contenu

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Mines et autres armes
Laos

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Chue Por Vang, jeune fermier Hmong de 30 ans

Chue Por Vang, jeune fermier Hmong de 30 ans | © N. Lozano Juez / HI

La province de Houaphan, toute proche du Vietnam, est celle qui a connu le plus d'accidents causés par des restes explosifs de guerre au Laos en 2018. Dans le village de Houayhou, certains habitants ont payé un lourd tribut, comme Chue Por Vang, un jeune fermier Hmong de 30 ans et Kua Tcho Tor, 58 ans.

Chue Por Vang, jeune fermier de 30 ans

Lorsqu'il était adolescent, le bras gauche de Chue a été arraché à cause d'une sous-munition qui a explosé sur le chemin de l'école. Il se souvient du jour où, rentrant de l’école avec son frère, il a trouvé cet engin qui a suscité sa curiosité. « C’était un objet tout petit, rond, ça ressemblait à une petite balle… ». Après l’accident, sa famille s’est endettée sur cinq ans pour payer les frais d’hospitalisation. Aujourd’hui, Chue vit au quotidien avec un bras en moins. Il est marié et père de quatre enfants. La présence de ces engins de guerre non explosés enfouis dans les terres de son pays le révolte. « Je suis en colère »  explique Chue. « Ma femme est la seule à pouvoir travailler la terre, à s’occuper de nos 14 vaches et à tout faire à la maison. Je l’aide comme je peux mais nous dépendons de la terre et nous avons du mal à nourrir nos enfants. Notre famille nous aide beaucoup  mais notre vie est très dure.

Kua Tcho Tor, 58 ans

Kua Tcho Tor, 58 ansDans le même village, Kua Tcho Tor, un paysan de 58 ans, père de six enfants, a aussi perdu sa main à l’âge de 12 ans à cause de l'explosion d'une "bomblet", une sous-munition, alors qu'il aidait ses parents à planter du riz. Immédiatement transporté à l’hôpital le plus proche, ses souvenirs restent flous mais il se rappelle que sa famille a dû vendre beaucoup de vaches pour pouvoir payer ses frais d’hospitalisation. «C’était la fin de la guerre du Vietnam mais on ne savait rien des bombes et des mines à l’époque. On ne se méfiait pas. » explique-t-il.

« Ma vie a été très dure. Personne ne m’a aidé, à part la famille très proche. Aujourd’hui trois de mes enfants sont déjà mariés. Sans ma famille et mon fils qui fait tout à la ferme et s’occupe beaucoup de nous, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue… Je suis très fier de lui !”

 

Published on: 21 février 2020

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?