Go to main content

Le parcours d'une aspirante «petite main»

Insertion Réadaptation
Chine
Présent au Tibet depuis 2001, Handicap International, en collaboration avec la TDPF (Tibet Disabled Person’s Federation) y mène divers projets qui permettent aux personnes en situation de handicap d’améliorer leur qualité de vie en leur facilitant l’accès aux soins de santé et d’envisager une vie professionnelle. Un parcours qui ne va pas nécessairement de soi, si l’on songe aux mille difficultés que doivent surmonter les personnes handicapées. Le témoignage de Tendron illustre parfaitement cette approche

Présent au Tibet depuis 2001, Handicap International, en collaboration avec la TDPF (Tibet Disabled Person’s Federation) y mène divers projets qui permettent aux personnes en situation de handicap d’améliorer leur qualité de vie en leur facilitant l’accès aux soins de santé et d’envisager une vie professionnelle. Un parcours qui ne va pas nécessairement de soi, si l’on songe aux mille difficultés que doivent surmonter les personnes handicapées. Le témoignage de Tendron illustre parfaitement cette approche.

Tendron est une jeune adolescente tibétaine de 16 ans. A l’âge de 3 ans, une tumeur au dos s’est déclarée. Suivant les conseils d’un « diseur de bonne aventure », les parents refusèrent l’intervention chirurgicale. Très jeune, elle dut interrompre sa scolarité. Elle avait d’énormes difficultés à marcher et tombait régulièrement malade. Ses parents cherchèrent de l’aide auprès des autorités médicales et religieuses. Malheureusement, selon elles, rien ne pouvait plus être entrepris pour améliorer la situation de leur fille. Tendron devint paraplégique.

Elle se renferma sur elle-même, restant à la maison, refusant de parler à sa famille et fuyant le regard des ses copines de classe. Elle ne pouvait plus accomplir seule les gestes de la vie quotidienne. En 2007, ses parents eurent vent des services proposés par Handicap International et la TDPF et demandèrent assistance. Un programme fut mis en place basé sur des exercices de réhabilitation, un soutien psychologique et des informations concernant le handicap. Une fois par semaine, un conseiller passa à domicile. Très vite, ils remarquèrent d’énormes progrès. Tendron commença à utiliser des béquilles pour se déplacer et redevint autonome.

Les enfants du village, sensibilisés aux problèmes rencontrés par leur amie, recommencèrent à jouer avec elle. Tendron reprit confiance et s’ouvrit à nouveau à son entourage.

Depuis 2009, elle a été intégrée au projet de formation professionnelle mis en place par Handicap International et la TDPF dans plusieurs localités de la Région Autonome du Tibet. La jeune fille a décidé d’y suivre des cours pour devenir couturière et se sent très à l’aise dans ce nouvel environnement où elle peut partager ses expériences avec d’autres adolescentes dans la même situation qu’elle : « Je suis très heureuse ici au centre de formation. Beaucoup de gens sont comme moi…et je ne suis plus seule à la maison ».
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.