Accès direct au contenu

Le parcours d'une aspirante «petite main»

Insertion Réadaptation
Chine
Présent au Tibet depuis 2001, Handicap International, en collaboration avec la TDPF (Tibet Disabled Person’s Federation) y mène divers projets qui permettent aux personnes en situation de handicap d’améliorer leur qualité de vie en leur facilitant l’accès aux soins de santé et d’envisager une vie professionnelle. Un parcours qui ne va pas nécessairement de soi, si l’on songe aux mille difficultés que doivent surmonter les personnes handicapées. Le témoignage de Tendron illustre parfaitement cette approche

Présent au Tibet depuis 2001, Handicap International, en collaboration avec la TDPF (Tibet Disabled Person’s Federation) y mène divers projets qui permettent aux personnes en situation de handicap d’améliorer leur qualité de vie en leur facilitant l’accès aux soins de santé et d’envisager une vie professionnelle. Un parcours qui ne va pas nécessairement de soi, si l’on songe aux mille difficultés que doivent surmonter les personnes handicapées. Le témoignage de Tendron illustre parfaitement cette approche.

Tendron est une jeune adolescente tibétaine de 16 ans. A l’âge de 3 ans, une tumeur au dos s’est déclarée. Suivant les conseils d’un « diseur de bonne aventure », les parents refusèrent l’intervention chirurgicale. Très jeune, elle dut interrompre sa scolarité. Elle avait d’énormes difficultés à marcher et tombait régulièrement malade. Ses parents cherchèrent de l’aide auprès des autorités médicales et religieuses. Malheureusement, selon elles, rien ne pouvait plus être entrepris pour améliorer la situation de leur fille. Tendron devint paraplégique.

Elle se renferma sur elle-même, restant à la maison, refusant de parler à sa famille et fuyant le regard des ses copines de classe. Elle ne pouvait plus accomplir seule les gestes de la vie quotidienne. En 2007, ses parents eurent vent des services proposés par Handicap International et la TDPF et demandèrent assistance. Un programme fut mis en place basé sur des exercices de réhabilitation, un soutien psychologique et des informations concernant le handicap. Une fois par semaine, un conseiller passa à domicile. Très vite, ils remarquèrent d’énormes progrès. Tendron commença à utiliser des béquilles pour se déplacer et redevint autonome.

Les enfants du village, sensibilisés aux problèmes rencontrés par leur amie, recommencèrent à jouer avec elle. Tendron reprit confiance et s’ouvrit à nouveau à son entourage.

Depuis 2009, elle a été intégrée au projet de formation professionnelle mis en place par Handicap International et la TDPF dans plusieurs localités de la Région Autonome du Tibet. La jeune fille a décidé d’y suivre des cours pour devenir couturière et se sent très à l’aise dans ce nouvel environnement où elle peut partager ses expériences avec d’autres adolescentes dans la même situation qu’elle : « Je suis très heureuse ici au centre de formation. Beaucoup de gens sont comme moi…et je ne suis plus seule à la maison ».
 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.