Go to main content

Libye : En action pour éviter les accidents

Depuis ce lundi 11 avril, Handicap International a déployé une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye. 
Un garcon lit un brochure sur le danger des mines

Depuis ce lundi 11 avril, Handicap International a déployé une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye. 

Entre le 15 et le 23 mars 2011, Handicap International avait conduit une mission d'évaluation en Libye. Elle avait recueilli des informations sur la présence de très nombreux restes explosifs de guerre (obus d'artillerie et de mortiers, roquettes, missiles, mines terrestres, grenades non explosés). D'importantes opérations de déminage seront nécessaires après la fin des hostilités. Dans l'intervalle, pour sauver des vies, l'urgence est à l'information et à la sensibilisation des populations au danger mortel de ces armes.

Trois expatriés de Handicap International, spécialistes de la question des risques liés aux engins non explosés, sont arrivés dimanche à Benghazi, dans l'Est du pays. Ils ont commencé le recrutement d'une équipe d'une dizaine de Libyens pour mener à bien les actions de prévention des risques auprès des populations menacées :

  • Apprendre à identifier les engins non explosés et connaitre les risques encourus en cas de contact avec ceux-ci.
  • Montrer les bons réflexes à adopter en présence de ces armes ou de tout objet inconnu (ne pas les approcher ou les toucher, marquer la zone dangereuse et prévenir les équipes de Handicap International sur place).
  • Enseigner aux enfants, qui représentent la population la plus vulnérable à ces armes, les automatismes qui pourront sauver leur vie.

Les équipes interviendront dans les villages pollués de la côte nord du pays, de Benghazi à Ras-Lanuf. Les agents de sensibilisation utiliseront un kit de sensibilisation composé notamment d'affiches et de dépliants adaptés aux différentes populations auprès desquelles elles interviendront : les enfants, les adolescents, les femmes et les hommes.

Handicap International va également recourir à la radio et à la télévision pour la diffusion de spots de sensibilisation.

La Libye est un tragique exemple qui montre que, malheureusement, le problème des mines et restes explosifs de guerre est encore d'actualité. Aujourd'hui, dans le monde, les mines et les munitions non explosées continuent de tuer et de mutiler une personne toutes les deux heures. Les enfants représentent un tiers des victimes de ces armes.

Pour aller plus loin

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?
X. Olleros - HI
Réadaptation

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?

A première vue, la réadaptation ne semble pas une cause attirante. Elle ne remplit pas d’estomacs affamés, elle ne vaccine aucune population et n'arrête pas les bombes. D’où la question : à quel point des soins de réadaptation physique de qualité et abordables sont-ils nécessaires ?

Catherine Stubbe : « C’est formidable de reconnaître les talents de quelqu’un »
© R. Colfs - Handicp International

Catherine Stubbe : « C’est formidable de reconnaître les talents de quelqu’un »

En août, Handicap International Belgique a accueilli sa nouvelle responsable RH, Catherine Stubbe. Après avoir travaillé pour la Croix-Rouge en Belgique et au Congo pendant dix ans, Catherine a dirigé nos programmes au Congo de 2012 à 2016, puis en Haïti au cours des trois dernières années.

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !