Accès direct au contenu

Libye : En action pour éviter les accidents

Depuis ce lundi 11 avril, Handicap International a déployé une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye. 
Un garcon lit un brochure sur le danger des mines

Depuis ce lundi 11 avril, Handicap International a déployé une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye. 

Entre le 15 et le 23 mars 2011, Handicap International avait conduit une mission d'évaluation en Libye. Elle avait recueilli des informations sur la présence de très nombreux restes explosifs de guerre (obus d'artillerie et de mortiers, roquettes, missiles, mines terrestres, grenades non explosés). D'importantes opérations de déminage seront nécessaires après la fin des hostilités. Dans l'intervalle, pour sauver des vies, l'urgence est à l'information et à la sensibilisation des populations au danger mortel de ces armes.

Trois expatriés de Handicap International, spécialistes de la question des risques liés aux engins non explosés, sont arrivés dimanche à Benghazi, dans l'Est du pays. Ils ont commencé le recrutement d'une équipe d'une dizaine de Libyens pour mener à bien les actions de prévention des risques auprès des populations menacées :

  • Apprendre à identifier les engins non explosés et connaitre les risques encourus en cas de contact avec ceux-ci.
  • Montrer les bons réflexes à adopter en présence de ces armes ou de tout objet inconnu (ne pas les approcher ou les toucher, marquer la zone dangereuse et prévenir les équipes de Handicap International sur place).
  • Enseigner aux enfants, qui représentent la population la plus vulnérable à ces armes, les automatismes qui pourront sauver leur vie.

Les équipes interviendront dans les villages pollués de la côte nord du pays, de Benghazi à Ras-Lanuf. Les agents de sensibilisation utiliseront un kit de sensibilisation composé notamment d'affiches et de dépliants adaptés aux différentes populations auprès desquelles elles interviendront : les enfants, les adolescents, les femmes et les hommes.

Handicap International va également recourir à la radio et à la télévision pour la diffusion de spots de sensibilisation.

La Libye est un tragique exemple qui montre que, malheureusement, le problème des mines et restes explosifs de guerre est encore d'actualité. Aujourd'hui, dans le monde, les mines et les munitions non explosées continuent de tuer et de mutiler une personne toutes les deux heures. Les enfants représentent un tiers des victimes de ces armes.

Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.