Accès direct au contenu

Libye : Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites

Mines et autres armes
Libye
Six experts en armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawargha au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef de cette équipe, explique le travail de l’association.
Un démineur de Handicap International, à genou dans le sable, inspecte une roquette.

Depuis novembre 2018, les six experts en armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawargha au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef de cette équipe, explique le travail de l’association.


Destruction des armes

Tawargha est une ville fantôme, lourdement contaminée par des projectiles de toutes sortes - de la grenade au missile - et en particulier par des roquettes. 

En trois mois, l’équipe a détruit identifié une demi-tonne d’armes. Début décembre, dans un centre de destruction situé en dehors de la ville, au milieu du désert,  nous avons détruit toutes les armes que nous avions collectées et stockées et qui présentaient un danger : cela consiste à les entasser dans un trou de plusieurs mètres de profondeur et à les faire exploser selon une procédure stricte. 

Sept roquettes trouvées dans les rues de Tawargha nous ont posé problème : on ne pouvait pas les déplacer pour les stocker dans un endroit sécurisé. C’était trop dangereux. Nous avons dû les détruire sur place.

Education aux risques

Nos équipes d’éducation aux risques continuent d’aller au-devant des habitants pour les sensibiliser aux dangers posés par la présence de toutes ses bombes. Nous les informons qu’ils peuvent nous appeler à tout moment grâce à un numéro vert pour nous alerter sur la présence d’un engin dangereux que nous viendrons collecter, désamorcer ou détruire.

1 300 personnes ont déjà été sensibilisées. La population est très heureuse de recevoir ces informations et applique les consignes : ne pas s’approcher d’un objet suspect, en aucun cas essayer de le déplacer, etc. Nous recevons de plus en plus d’appels, preuve que la population comprend le danger.

Retour de la population

Toutes les personnes revenues à Tawargha ont bénéficié d’au moins une séance d’éducation aux risques. Le Conseil municipal est très impliqué et s’assure que chaque personne de retour suive une session.

600 personnes sont revenues vivre à Tawargha de façon permanente. Nous attendons de nombreux retours dans les prochains mois. Beaucoup de personnes reviennent quelques jours par mois seulement pour surveiller leurs biens, et puis repartent.

 

Pour aller plus loin

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.