Goto main content

Lutter à coups de...noix de coco !

Insertion
Laos
Le Laos fait partie de ces petits pays oubliés de tous. Parce qu'enclavés dans leurs montagnes sans accès à la mer de Chine, six millions et demi de courageux Laotiens n'arrêtent pas de panser les plaies d'une guerre du Vietnam qui n'était pas la leur, mais dont ils ont subi les dégâts collatéraux. Trente ans plus tard, les agents communautaires de Handicap International sont toujours au chevet des amputés et autres victimes de munitions ou sous-munitions non explosées.
Les Artisans Lao
Le Laos fait partie de ces petits pays oubliés de tous. Parce qu'enclavés dans leurs montagnes sans accès à la mer de Chine, six millions et demi de courageux Laotiens n'arrêtent pas de panser les plaies d'une guerre du Vietnam qui n'était pas la leur, mais dont ils ont subi les dégâts collatéraux. Trente ans plus tard, les agents communautaires de Handicap International sont toujours au chevet des amputés et autres victimes de munitions ou sous-munitions non explosées.

Enfermé dans le cercle de la pauvreté et du sous-développement, sans grandes ressources, le Laos baigne heureusement dans une nature généreuse, arrosée par le Mékong en plaine et abritée ailleurs par une végétation luxuriante. Partout émergent les immenses stipes des cocotiers, porteurs de bienfaits multiples pour une population rurale vivant en autarcie et ne mourant donc pas de faim.

On pourrait appliquer au cocotier la formule employée chez nous pour dire que "dans le cochon, tout est bon" ! En effet, dans ce sud-est asiatique, les applications du coco sont aussi nombreuses que variées, si bien que rien ne se perd, du tronc à la pulpe de coprah !


 
Dans la banlieue de Vientiane, nous avons rencontré un coopérant français au dynamisme imaginatif : Michel Saada a mis sur pied un projet séduisant qui vise à assurer à de jeunes gens handicapés une formation professionnelle et à leur procurer même un emploi.
"Les Artisans Lao" est le nom donné au centre créée en 2004 pour tenter de sortir du marasme quantité de jeunes chômeurs marginalisés par leur handicap. Il leur apprend tout simplement à tirer parti habilement de la récolte des déchets de la noix de coco, abondant dans tout le pays. La bourre de l'enveloppe (appelée aussi coire) est utilisée comme fibre pour la corderie, la confection de paillassons, carpettes, etc... tandis que la bogue elle-même sert de produit de base à quantité d'objets pratiques ou décoratifs : boutons en bois, cadres pour photos, jouets et jeux de société, damiers, dessous de verre, colifichets, boîtes à bijoux et autres étuis sortent tous ici des mains de jeunes artisans fiers de leur travail.

Originalité du projet : une fois acquise la formation nécessaire, le jeune handicapé devenu un vrai artisan pourra soit être engagé par la petite entreprise artisanale de Monsieur Saada, soit retourner dans son village en emportant l'équipement qui lui permettra de travailler à domicile.

 
En 2006, de nouveaux horizons se sont ouverts pour les "Artisans Lao" avec la construction d'un nouvel atelier qui permettra la manufacture de nouveaux extraits de la noix de coco, orientés cette fois vers les produits d'hygiène et de beauté comme les savons, les shampooings et autres soins de la peau. Par ailleurs, la fabrication de papier artisanal est également à l'étude, toujours à partir de la même base.

Handicap International - Belgique a accordé son soutien à cette association efficace et à son projet intelligent. M. Saada se défend toutefois de vouloir ajouter une oeuvre de charité supplémentaire aux nombreuses ONG existantes sur place, mais il aura tout de même formé cette année 60 personnes à la fabrication d'objets artisanaux de belle qualité. Ceux-ci sont diffusés aujourd'hui dans plusieurs boutiques de la capitale laotienne où vient de s'ouvrir récemment une spacieuse galerie d'art. Celle-ci accueille ce printemps ses premiers groupes de touristes étrangers (plus souvent asiatiques ou australiens qu'européens). Les bénéfices tirés de la vente de souvenirs sont entièrement réinvestis dans l'achat de nouveau matériel et dans le développement de la petite communauté.

Avec le sourire et dans la décontraction, jeunes filles et garçons travaillent ici tous les jours dans une double optique de respect de l'environnement et d'un développement durable à partir de matériaux naturels et recyclés : un exemple à suivre !
André BOEVER

www.artisanslao.com
Publié le : 1 avril 2021

Pour aller plus loin

Augmentation de la violence contre les femmes handicapées depuis le COVID-19
© Sophie Pecourt / HI
Droits Insertion

Augmentation de la violence contre les femmes handicapées depuis le COVID-19

La violence contre les femmes et les filles handicapées est un problème mondial : les femmes handicapées sont plus exposées à la violence que les femmes non handicapées et les hommes handicapés. En outre, la pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation de la violence domestique. On peut raisonnablement upposer que cette augmentation touche aussi les femmes handicapées. Handicap International souhaite attirer l'attention sur cette question à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars.


 
R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.

Handicap International lutte contre l'impact de la COVID-19 sur les personnes handicapées
© HI
Insertion Prévention Santé

Handicap International lutte contre l'impact de la COVID-19 sur les personnes handicapées

Alors que nous vivons la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, les équipes de Handicap International restent attentives à l'impact de la pandémie sur les personnes handicapées. Souvent exclues du reste de la société, les effets à long terme de la COVID-19 menacent d'exacerber encore cette exclusion et leur santé.