Accès direct au contenu

Mali: «Des obus à quelques mètres des maisons»

Mines et autres armes Urgence
Mali
Afin de protéger les populations, Handicap International a dépêché sur place un expert chargé d’identifier les zones polluées par des restes explosifs de guerre et de préparer, avec les partenaires présents sur place, les opérations de destruction. Les premières observations sont alarmantes et l’association mobilise, dans l’urgence, une équipe de déminage qui devrait être opérationnelle dès la semaine prochaine. Les zones de combat, aujourd’hui truffées de restes explosifs de guerre, mais également d’armes légères abandonnées par les combattants en fuite, sont progressivement réinvesties par les civils. L’intervention doit se faire dans les plus brefs délais pour éviter les accidents.
Des hommes lisent un dépliant de sensibilisation de Handicap International

Afin de protéger les populations, Handicap International a envoyé un expert chargé d’identifier les zones polluées par des restes explosifs de guerre et de préparer, avec les partenaires présents sur place, les opérations de destruction. Les premières observations sont alarmantes et l’association mobilise, dans l’urgence, une équipe de déminage qui devrait être opérationnelle dès la semaine prochaine. Les zones de combat, aujourd’hui truffées de restes explosifs de guerre, mais également d’armes légères abandonnées par les combattants en fuite, sont progressivement réinvesties par les civils. L’intervention doit se faire dans les plus brefs délais pour éviter les accidents.

« Nous retrouvons des grenades, des obus, des munitions, sur les routes et parfois jusque dans les maisons »

« Je suis actuellement à Diabali, l’une des villes où des combats ont eu lieu récemment. L’ampleur de la contamination est très préoccupante. Des grenades, des munitions dispersées sur les routes, autour de véhicules pick-up ayant été pris pour cible lors des bombardements, des obus et autres armes conventionnelles abandonnées dans des maisons en plein cœur de la ville… ce sont autant de pièges mortels pour la population qui commence déjà à réinvestir ces endroits, explique Philippe Houliat, expert en déminage pour Handicap International. Le risque pour les populations est imminent. Nous devons de toute urgence renforcer nos équipes qui préviennent les populations des risques liés à ces engins et entamer simultanément le travail de destruction de ces armes et de ces munitions. »

« A Konna la pollution est telle que notre équipe a mené, dans l’urgence, des opérations de sensibilisation »

Parallèlement aux opérations de sensibilisation, menées depuis l’été dernier dans le Nord et auprès des populations déplacées à l’intérieur du pays, Handicap International déploie des équipes chargées d’évaluer, zone par zone, les besoins de protection des populations et notamment d’identifier la présence de restes explosifs de guerre pour préparer les opérations de dépollution (neutralisation et destruction). Hier, l’équipe envoyée à Konna pour mener à bien cette mission a cependant observé un niveau de pollution tel qu’elle a décidé de mener, dans l’urgence, des opérations de sensibilisation auprès des populations de la ville. « Nous avons identifié un nombre de restes explosifs de guerre si important qu’il était indispensable de prévenir les populations avant même de poursuivre notre mission d’évaluation, explique Alhous Maïga, chef de projet Education aux Risques et Collecte d’Information, à Mopti.

« Les écoles doivent rouvrir lundi et il est probable que certaines abritent encore des armes ou des munitions »

Pour Alhous Maïga, les actions de sensibilisation menées par les équipes de Handicap International sont indispensables et doivent être multipliées pour éviter des accidents dans les prochaines semaines. « Les écoles doivent rouvrir ce lundi et certaines ont été utilisées comme base par des combattants qui y ont entreposé des munitions, mais probablement aussi des armes et des engins explosifs. Nous craignons que des accidents surviennent et il faut absolument que des évaluations sérieuses soient menées – et au besoin, que des équipes formées à la neutralisation de ces armes soient envoyées sur place - et que les professeurs et les enfants soient sensibilisés pour pouvoir reconnaître et se tenir éloignés de tout engin dangereux. »

Une première équipe de déminage opérationnelle dès la semaine prochaine

Dès la semaine prochaine une première équipe de déminage, composée d’experts internationaux (notamment mauritaniens, sénégalais et congolais) et soutenues par des effectifs maliens, sera en mesure de commencer à neutraliser les engins non explosés identifiés lors des évaluations en cours. Le dispositif devrait monter en puissance pour compter quatre équipes avant la fin du mois de février.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?