Accès direct au contenu

Mishona Mussumbuko (32 ans)

République démocratique du Congo

Grâce à Handicap International, Mishona peut à nouveau élever des chèvres, comme par le passé. Il peut désormais subvenir aux besoins de ses enfants. Il est seul pour s’occuper d’eux, car depuis les combats de 2008, sa femme l’a quitté.

2008. A 18 heures, des tirs et des combats éclatent à Nyabiondo, un village au Nord de Masisi. Avec tous les villageois, Mishona s'enfuit dans la brousse. Au cours de sa fuite, il reçoit une balle dans la jambe. Il passe la nuit terré dans les bois, seul, blessé. Il entend toute la nuit les échanges de tirs, sans savoir où se trouve sa famille Le lendemain matin, lorsque le silence revient, des villageois finissent pas le trouver. Ils annoncent que son fils de trois ans et demi est mort cette nuit-là. Les villageois mettent un jour et demi pour le transporter à pied à l'hôpital où les médecins décident de l’amputer. “Ma femme m'a immédiatement abandonné”, dit-il. “Elle ne me trouvait plus utile”.

Mishona s’est donc retrouvé seul pour s'occuper des trois enfants, alors que les chèvres qu'il élevait ont toutes été abattues et qu’il n'a pas d'argent pour en acheter de nouvelles. Avec l'aide d'un groupe d'amis, il cultivait une petite parcelle de terrain. Ils se partageaient la récolte et s'entraident, mais c’était insuffisant. Entre-temps, son moignon a commencé à s'infecter. Mishona essayait de se débrouiller avec des pansements mais il s’est vite rendu compte qu'il avait besoin d'une solution durable.

L’espoir revient chez Mishona lorsqu'une équipe de Handicap International se rend dans son village. Il est transporté au centre pour handicapés Shirika la Umoj, où son moignon est soigné et où il est appareillé d’une prothèse . Pour lui permettre de vivre plus décemment, Handicap International lui a procuré trois chèvres pour qu’il puisse redémarrer un élevage.
 

Pour aller plus loin

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible
HI
Insertion

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible

La Vie est un congolais de 18 ans atteint de nanisme. Il a récemment rejoins notre équipe d'intervention EMIR et contribue aux travaux d'infrastructure sur l'axe de circulation de Mpeti-Pinga.

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».