Goto main content

« Mon avenir est bloqué »

Urgence
Liban Syrie

Originaire de Deraa, en Syrie, Ahmad a 24 ans. En 2013, il fuyait sa ville bombardée et assiégée, quand il a perdu son pied droit en marchant sur une mine. Il a été appareillé d’une prothèse par Handicap International en Jordanie, mais il peine à imaginer le futur.

© P.Poulpiquet

« Avant, on était bien. On vivait, on travaillait, on ne manquait de rien », raconte Ahmad lorsqu’il se rappelle de sa vie en Syrie. « Et puis, la guerre est arrivée dans nos vies. Les avions dans le ciel aussi… Notre ville a été assiégée. Et les bombardements ont commencé à être quotidiens. » A cette époque, Ahmad et d’autres personnes de son quartier décident de fuir. Ils se déplacent alors d’un quartier à un autre, pour trouver un endroit où ils seraient en sécurité.

« Un jour, alors que nous fuyions l’endroit où nous nous trouvions, j’ai marché sur une mine et elle a explosé. Mon pied a été arraché sur le coup. J’ai été transporté dans un centre de santé, puis directement en Jordanie pour m’y faire soigner. On m’a opéré 5 fois avant que je ne puisse sortir de l’hôpital. Après, je suis arrivé ici, à Zaatari. Je vis dans ce camp depuis trois ans maintenant », raconte-t-il.

Suivi par Handicap International depuis son arrivée en Jordanie, Ahmad a été appareillé d’une prothèse et bénéficie de soins de réadaptation de la part de l’association. « Avant, je ne pouvais pas bouger ma jambe. Maintenant, je peux me déplacer à nouveau. » Mais s’il est plus à l’aise dans ses mouvements, il regrette le manque d’opportunités dans le camp. « Ici, c’est très dur de travailler. J’aimerais partir à l’étranger car j’ai l’impression que mon avenir est bloqué. Cela fait six ans que la guerre dure, nous sommes fatigués. Six ans, ça suffit ! »

 

Pour aller plus loin

Ukraine 12-12 : 6 mois d'aide humanitaire Urgence

Ukraine 12-12 : 6 mois d'aide humanitaire

Les sept organisations qui composent le Consortium 12-12 ont publié un nouveau rapport sur leurs activités en Ukraine et dans les pays voisins.

Au Pakistan, la reconstruction peut commencer, mais pas partout
© HI
Urgence

Au Pakistan, la reconstruction peut commencer, mais pas partout

Pendant huit semaines, le Pakistan a été confronté à des pluies de mousson sans précédent. La pluie a commencé à tomber en juin et, à la mi-août, une zone neuf fois plus grande que la Belgique était sous les eaux. Le bilan humain est désastreux et il faudrait jusqu'à 31 milliards de dollars pour réparer les dégâts. La reconstruction peut commencer, mais pas dans toutes les provinces du pays.

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence chez Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Elle témoigne de son expérience.