Accès direct au contenu

Mossoul : « Le nombre de déplacés a doublé »

Urgence
Irak
Après un mois de combats intenses autour de Mossoul (Irak), plus de de 55 000 personnes ont été déplacées. « Au cours de la  semaine dernière, le nombre de déplacés a plus que doublé. Et les besoins de cette population ayant fui les combats sont de plus en plus nombreux », explique Fanny Mraz, chef de mission Handicap International en Irak.
Une "rue" en terre du camp de Khazer, où plusieurs dizaines de personnes marchent. A l'avant-plan, un vieil homme vu de dos s'appuie sur ses béquilles.

Après un mois de combats intenses autour de Mossoul (Irak), plus de de 55 000 personnes ont été déplacées. « Au cours de la  semaine dernière, le nombre de déplacés a plus que doublé. Et les besoins de cette population ayant fui les combats sont de plus en plus nombreux », explique Fanny Mraz, chef de mission Handicap International en Irak.

Il y a quelques jours, Fanny s’est rendue avec d’autres représentants de l’association dans les différents camps et établissements communautaires accueillant les personnes déplacées au cours des dernières semaines. Parmi les zones visitées, le camp de Jad’ah, où près de 6.500 personnes ont trouvé refuge.

« Nous avons vu de nombreuses chaises roulantes devant les tentes. Le responsable du camp nous a confirmé qu’un nombre important de personnes déplacées sont handicapées ou alors qu’elles sont blessées », souligne Fanny Mraz. « Nous sommes aussi très inquiets pour la santé des personnes relogées dans cette zone. Un nuage de fumée noire domine le camp depuis un mois : personne n’arrive à éteindre les puits de pétrole enflammés par le groupe Etat Islamique avant qu’il ne se retire de la ville de Qayyarah, adjacente au camp. De plus cette zone est difficile d’accès, et jusqu’à maintenant insuffisamment couverte par l’aide humanitaire.»

"Pour l'instant, on fait face..."

Fanny Mraz s’est également rendue dans le nouveau camp de déplacés de Hasansham, qui accueille 10 000 personnes et est désormais plein. Près de 15 000 personnes  ont été installées dans le camp adjacent de Khazer, qui pourra, à terme, accueillir jusqu’à 36 000 déplacés.  « Ces camps sont déjà énormes et des extensions sont à prévoir », commente Fanny. « Les acteurs humanitaires ont pu, pour l’instant, faire face à l’afflux des premiers déplacés, mais leur nombre augmente considérablement au fil du temps et certains services viennent déjà à manquer.»

A partir du 21 novembre, plus d’une dizaine d’équipes de Handicap International interviendront dans ces différents camps, pour porter assistance à la population. Des sessions de kinésithérapie seront mises en place pour les personnes en situation de handicap ou blessées, ainsi que des séances de soutien psychologique. Des équipes d’éducation aux risques seront également déployées, pour sensibiliser l’ensemble de la population déplacée aux risques des mines et engins explosifs improvisés, présents dans leur environnement proche en dehors des camps, ou dans leur village d’origine.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.