Goto main content

Appel à mettre fin à la violence sur les civils au Myanmar

Droits Urgence
Myanmar (Birmanie)

Handicap International et quarante ONG internationales travaillant au Myanmar condamnent l'utilisation généralisée par l'armée du Myanmar de la force meurtrière contre les civils.

Séance de sensibilisation à la prévention du COVID-19 au Myanmar (image d'archive)

Séance de sensibilisation à la prévention du COVID-19 au Myanmar (image d'archive) | HI

Depuis le 1er février 2021, 550 civils ont été tués, parmi eux 46 enfants. [1] Les violences se sont encore intensifiées dans la journée du samedi 27 mars lorsqu'au moins 114 personnes ont été tuées. Ce même week-end, l'armée du Myanmar a lancé des frappes aériennes dans l'État Karen, tuant plusieurs civils et forçant environ 10 000 personnes à fuir leur foyer. Ces actes de violence horribles doivent cesser immédiatement.

 

Nous sommes profondément préoccupés par les conséquences humanitaires désastreuses de cette crise. L'accès aux services de santé vitaux pour les personnes blessées ou souffrant de maladies chroniques est entravé, augmentant le risque de handicap à long terme et posant un défi supplémentaire pour la réponse à la pandémie de COVID-19. L'occupation des établissements scolaires et de santé dans tout le pays porte atteinte au droit à l'éducation et à la santé.
 
Nous renouvelons notre appel aux forces armées et à la police contre tout recours excessif à la violence à l'encontre des civils, des manifestants pacifiques, des journalistes et des professionnels des médias. Nous demandons qu'elles respectent les droits fondamentaux de tous les habitants du Myanmar, notamment la liberté de réunion pacifique, la liberté d'expression et la libre circulation de l'information.
 
Nous restons déterminés à travailler avec nos partenaires de la société civile et à soutenir les communautés en leur apportant l'aide qui répond à leurs besoins fondamentaux urgents et en mettant en place des programmes qui renforcent durablement leur résilience. La crise politique actuelle crée de nouvelles vulnérabilités, accroît les besoins humanitaires et aggrave la pauvreté dans tout le pays. Les vies, les moyens de subsistance et les droits des civils doivent être protégés.
 
Nous demandons instamment à toutes les parties prenantes dans la crise actuelle d'utiliser tous les canaux, forums et moyens diplomatiques à disposition pour :
 

  • Veiller à ce que les civils soient protégés contre la violence aveugle et offrir refuge et protection à ceux qui fuient pour se mettre en sécurité, conformément au droit international ;
  • Respecter et faciliter l'accès sans entrave à l'aide humanitaire pour les communautés dans le besoin dans tout le Myanmar ;
  • Trouver d'urgence une solution pacifique à cette crise, avec le peuple du Myanmar.

 
Signataires :
Action Aid
AVI
AVSI Foundation
BBC Media Action
CARE International in Myanmar
CDN-ZOA
Centre for Development and Environment
ChildFund Myanmar
Christian Aid
Church World Service
Community Partners International
Cord
Cordaid
Democracy Reporting International
Energy and Poverty Research Group
Fauna & Flora International
Finnish Refugee Council
Gret
HelpAge International
Helvetas
Handicap International
International Alert
MA-UK
Médecins du Monde France
Mercy Corps
Norwegian People’s Aid
Oxfam International
People in Need
Plan International
PSI
Save the Children
Solidarites International
SWISSAID
Swisscontact
The Border Consortium
The Freedom Fund
The Union Against Tuberculosis and Lung Disease
VSO
Welthungerhilfe
World Vision
Yangon Film School


[1] According to the Assistance Association for Political Prisoners (AAPP)   

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.