Accès direct au contenu

Plus de 100 camions pour acheminer l’aide humanitaire en Centrafrique

Depuis janvier 2016, Handicap International coordonne une plateforme logistique pour aider les organisations humanitaires à atteindre les populations les plus vulnérables de République centrafricaine. Cyril Chérie, responsable de ce projet pour Handicap International à Bangui : "Nous avons déjà transporté 3675 tonnes de matériel pour nos organisations partenaires sur plus de 100.000 km, soit deux fois et demi le tour de la terre ! "
Camion de Handicap International en situation difficile sur une route en terre, avec d'énormes trous remplis d'eau, entouré de plusieurs personnes regardant le camion

Depuis janvier 2016, Handicap International coordonne une plateforme logistique pour aider les organisations humanitaires à atteindre les populations les plus vulnérables de République centrafricaine. Cyril Chérie, responsable de ce projet pour Handicap International à Bangui : "Nous avons déjà transporté 3675 tonnes de matériel pour nos organisations partenaires sur plus de 100.000 km, soit deux fois et demi le tour de la terre ! "

Comment fonctionne une plateforme logistique ?

" En plus de la réhabilitation de treize pistes aériennes, nous avons mobilisé des transporteurs routiers et mis en place des centres de transit de marchandises pour aider les acteurs humanitaires (ndlr : ONG, Nations Unies) à préparer l’acheminement de produits essentiels aux populations et villages les plus démunis. Concrètement, Handicap International travaille avec 98 transporteurs routiers et gère une flotte de 114 camions pour couvrir un réseau de plus de 3 000 kilomètres de piste. Nous desservons actuellement 29 localités dans quatorze provinces de la République centrafricaine.

Dans un pays où une grande partie des infrastructures sont à terre, cette plateforme est un formidable outil favorisant la circulation de l’aide humanitaire, et permet donc à des milliers de personnes démunies de bénéficier d’un vrai soutien. Cela fait une énorme différence pour certaines communautés qui ont été privées d’aide depuis le début de la crise."

Les routes de Centrafrique ont pourtant mauvaise réputation ?

" Selon la saison, les conditions de transport par voie routière sont extrêmement difficiles, en effet. Certains villages ne peuvent être rapidement atteints que par voie aérienne… mais la majeure partie de l’aide est transportée par les camions qui doivent emprunter des pistes qui n’ont pas été entretenues depuis des années. En plus de l’état des routes, nos transporteurs sont confrontés à un contexte sécuritaire très détérioré pour que l’aide parvienne effectivement à ses destinataires."

Quel a été l’impact de la plateforme logistique de Handicap International jusqu'ici ?

Sur le seul transport routier, 23 organisations partenaires ont fait appel à notre expertise. Pour elles, nous avons transporté 3 676 tonnes sur plus de 100 000 kilomètres cumulés, deux fois et demi le tour de la Terre ! Au-delà des chiffres, la plateforme logistique est mise à la disposition des organisations humanitaires pour leur permettre d’atteindre des zones qui leur étaient auparavant inaccessibles.

Ce service leur permet de gagner du temps puisqu’elles sont déchargées de la question du transport de l’aide humanitaire. Ce projet de plateforme permet en outre de mutualiser des dépenses et donc de faire des économies. Nos partenaires peuvent consacrer davantage de moyens à l’assistance des populations les plus affectées par la crise centrafricaine."

La plateforme logistique de Handicap International en République centrafricaine est mise en place avec le soutien du Fonds central d'intervention d'urgence des Nations unies, du Fonds Humanitaire Commun du Bureau des Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, du Bureau d’Assistance aux Catastrophes Etrangères de l’Agence des États-Unis pour le développement international et du Service Aérien Humanitaire des Nations unies.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?