Goto main content

RDC : Handicap International répond à l’afflux de réfugiés

Urgence
République démocratique du Congo

Des combats entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et le Mouvement du 23-mars autour de Goma ont provoqué d’importants mouvements de population fin mai. Handicap International est intervenue en urgence pour abriter ces réfugiés.

vue du camp et des tentes construites par Handicap International

Des combats entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et le Mouvement du 23-mars autour de Goma ont provoqué d’importants mouvements de population fin mai. Handicap International est intervenue en urgence pour abriter ces réfugiés.

Au Nord-Kivu, quelque 5.000 personnes se sont déplacées vers Sotraki et Buhimba suite aux affrontements entre les FARDC (Forces armées de RDC) et le M23 au mois de mai. Pour faire face à ce nouvel afflux de réfugiés, la communauté humanitaire a décidé de construire des sites transitoires pour accueillir les familles qui ont fui la violence des combats. Les équipes d’urgence de Handicap International ont installé deux premières tentes de 250 m2 en seulement deux jours (photo) et ont travaillé ensuite à la mise en place de tentes supplémentaires. « Nous avons aussi monté deux tentes de 50m2 qui vont servir au stockage de matériels », ajoute Pierre Demaison, chef de mission pour Handicap International à Goma.

En parallèle, Handicap International a également fourni environ 220 équipements d’aides à la mobilité à Médecins Sans Frontières Belgique qui a installé une clinique mobile sur le site. Une action rapide et efficace de pour venir en aide à une population éprouvée par le conflit qui agite la région des Grands Lacs depuis de trop nombreuses années.

Pour aller plus loin

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie Urgence

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie

Déclaration de Handicap International

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire Urgence

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

Les leaders mondiaux n'agissent pas