Accès direct au contenu

Sans nouvelles d'une partie du personnel

Urgence
Haïti
Les 5 expatriés présents sur place sont sains et sauf mais choqués. Ils dorment dehors par crainte de nouvelles répliques et décrivent une situation chaotique. C'est l'inquiétude en ce qui concerne la centaine de Haïtiens de l'équipe de Handicap International, dont nous restons pour la plupart sans nouvelles.
Séisme Haïti
Les 5 expatriés présents sur place sont sains et sauf mais choqués. Ils dorment dehors par crainte de nouvelles répliques et décrivent une situation chaotique. C'est l'inquiétude en ce qui concerne la centaine de Haïtiens de l'équipe de Handicap International, dont nous restons pour la plupart sans nouvelles.

Il était une heure du matin à Lyon quand le chef de mission de Handicap International présent à Port-au-Prince a contacté Hélène, responsable des programmes d'urgence au siège, par téléphone satellite. Il a décrit une situation catastrophique, partout des bâtiments effondrés, des stations service en feu, des scènes de pillages. Les voies de communication étaient coupées, il était impossible de circuler autrement qu'à pied.

Plus de 36 heures après le tremblement de terre, la situation demeure alarmante, puisque les secousses ont détruit de très nombreux hôpitaux et bâtiments de la capitale haïtienne. Les membres de l'équipe expatriée de Handicap International sont logés à la même enseigne que la plupart des habitants. Tout le monde dort en plein air, seule solution pour ne pas risquer d'être ensevelis en cas de nouvelle réplique importante. La nourriture et l'eau manquent partout. Seuls les téléphones satellites sont opérationnels à Port-au-Prince. Les voies de communications sont coupées, les rues et les routes sont encombrées, jonchées de gravats. Les rescapés cherchent leurs proches dans une ambiance de chaos. L'équipe expatriée de Handicap International n'a eu des nouvelles que de quelques rares collègues haïtiens sur la centaine qui composent d'ordinaire l'effectif de l'association à Haïti.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».