Goto main content

Se préparer aux catastrophes naturelles, c'est indispensable

Prévention Urgence
Une bonne préparation peut sauver des vies en cas de catastrophe naturelle. Pour Handicap International, qui mène à travers le monde des projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, il est essentiel d'impliquer les populations locales,par exemple en les intégrant dans la préparation des plans d'évacuation ou en réalisant des exercices de simulation de catastrophe. 
MEen tiental mensen staat rondom een kaart die getekend is op de vloer

Une bonne préparation peut sauver des vies en cas de catastrophe naturelle.Pour Handicap International, qui mène à travers le monde des projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, il est essentiel d'impliquer les populations locales,par exemple en les intégrant dans la préparation des plans d'évacuation ou en réalisant des exercices de simulation de catastrophe. 

Les catastrophes naturelles se multiplient, comme le montre l’ouragan Matthew qui vient de frapper Haïti et Cuba le 4 octobre. Et même s'il est impossible d'éviter ces catastrophes, nous pouvons nous y préparer. Et ainsi sauver des vies.

Handicap International mène à travers le monde 15 projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, avec pour objectif de limiter leur coût humain et leurs conséquences à long terme.

Une évacuation rapide lors du passage de l'ouragan Matthew

Comment aider les villages à faire face aux inondations, aux sécheresses ? Comment mettre en place des plans de contingence et répartir les responsabilités de chacun ? Comment former des équipes de réponse aux urgences, mettre en place un système de veille et d’alerte ? Comment également inclure les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées ?

Les projets menés par Handicap Internatioanl doivent répondre à ces questions. Au Sri Lanka, l’association accompagne les habitants de villages côtiers dans la mise en place de plans d’évacuation. Au Pakistan, dans le Sindh, région particulièrement pauvre et exposée aux catastrophes, elle travaille à la protection des personnes mais également de leurs biens : bétail, terres agricoles, outil de travail pour l’activité artisanale, etc... 

En Haïti et à Cuba, Handicap International accompagne les autorités dans la définition de politiques nationales adaptées. Elle aide également plusieurs villages et quartiers à se préparer aux catastrophes naturelles, en mettant en place un système d’alerte précoce, en élaborant des plans d’évacuation et en réalisant des exercices… Véronique Walbaum, référente de Handicap International pour la réduction des risques, constate que dans ces zones l’évacuation des populations avant le cyclone du 4 octobre a été rapide et bien menée. Reconnaître une alerte, savoir ce que chacun doit faire, etc. a permis de sauver des vies.

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.