Accès direct au contenu

Se préparer aux catastrophes naturelles, c'est indispensable

Prévention Urgence
Une bonne préparation peut sauver des vies en cas de catastrophe naturelle. Pour Handicap International, qui mène à travers le monde des projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, il est essentiel d'impliquer les populations locales,par exemple en les intégrant dans la préparation des plans d'évacuation ou en réalisant des exercices de simulation de catastrophe. 
MEen tiental mensen staat rondom een kaart die getekend is op de vloer

Une bonne préparation peut sauver des vies en cas de catastrophe naturelle.Pour Handicap International, qui mène à travers le monde des projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, il est essentiel d'impliquer les populations locales,par exemple en les intégrant dans la préparation des plans d'évacuation ou en réalisant des exercices de simulation de catastrophe. 

Les catastrophes naturelles se multiplient, comme le montre l’ouragan Matthew qui vient de frapper Haïti et Cuba le 4 octobre. Et même s'il est impossible d'éviter ces catastrophes, nous pouvons nous y préparer. Et ainsi sauver des vies.

Handicap International mène à travers le monde 15 projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, avec pour objectif de limiter leur coût humain et leurs conséquences à long terme.

Une évacuation rapide lors du passage de l'ouragan Matthew

Comment aider les villages à faire face aux inondations, aux sécheresses ? Comment mettre en place des plans de contingence et répartir les responsabilités de chacun ? Comment former des équipes de réponse aux urgences, mettre en place un système de veille et d’alerte ? Comment également inclure les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées ?

Les projets menés par Handicap Internatioanl doivent répondre à ces questions. Au Sri Lanka, l’association accompagne les habitants de villages côtiers dans la mise en place de plans d’évacuation. Au Pakistan, dans le Sindh, région particulièrement pauvre et exposée aux catastrophes, elle travaille à la protection des personnes mais également de leurs biens : bétail, terres agricoles, outil de travail pour l’activité artisanale, etc... 

En Haïti et à Cuba, Handicap International accompagne les autorités dans la définition de politiques nationales adaptées. Elle aide également plusieurs villages et quartiers à se préparer aux catastrophes naturelles, en mettant en place un système d’alerte précoce, en élaborant des plans d’évacuation et en réalisant des exercices… Véronique Walbaum, référente de Handicap International pour la réduction des risques, constate que dans ces zones l’évacuation des populations avant le cyclone du 4 octobre a été rapide et bien menée. Reconnaître une alerte, savoir ce que chacun doit faire, etc. a permis de sauver des vies.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».