Goto main content

Gaza: Handicap International est consternée par la tragédie qui se déroule à Rafah

Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Les directeurs généraux de plusieurs ONG et organisations de défense des droits de l'homme, dont Handicap International, publient une déclaration commune, demandant l'arrêt immédiat du plan militaire d'Israël.

Rafah, Palestine

Rafah, Palestine | © S. Hejji - HQ

Nous sommes consternés par l'évolution de la situation à Rafah, la zone la plus peuplée de Gaza, où 1,5 million de personnes - dont plus d'un demi-million d'enfants - se réfugient en dernier recours. Si Israël lance l'offensive terrestre qu'il propose, des milliers d'autres civils seront tués et le flux actuel d'aide humanitaire risque de s'interrompre complètement. Si ce plan militaire n'est pas arrêté immédiatement, les conséquences seront catastrophiques.

Plus de 70 % des infrastructures civiles ayant été gravement endommagées, de nombreuses zones de Gaza ont été réduites à l'état de ruines et sont inhabitables. La plupart des hôpitaux ne fonctionnent pas ou seulement partiellement et sont complètement débordés. Il y a peu de nourriture, d'eau potable, d'abris ou d'installations sanitaires. Les gens vivent dans les conditions les plus inhumaines, souvent à l'air libre. Il est inconcevable que l'armée israélienne ait déplacé de force la majorité de la population de leurs maisons à Rafah - six fois plus de personnes qu'auparavant sont maintenant entassées dans la zone - et qu'elle ait ensuite annoncé des plans pour l'attaquer.

La stratégie du gouvernement israélien de transfert forcé systématique et répété de la population civile a conduit au déplacement forcé de plus des trois quarts de la population, dont beaucoup sont partis sans abri adéquat ni maison où retourner.  Punir collectivement des civils en les privant d'abris adéquats, de nourriture, d'eau potable et d'autres biens essentiels à leur survie et en faisant obstacle aux envois d'aide humanitaire destinés à soulager la famine peut constituer de graves violations des obligations d'une puissance occupante en vertu du droit international humanitaire, et constituer des crimes de guerre.

Le mois dernier, l'arrêt de la Cour internationale de justice a donné mandat à Israël de prendre des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base et de l'aide humanitaire dont la population de Gaza a un besoin urgent. Non seulement cela n'a pas été fait, mais la situation sur le terrain s'est encore détériorée. Les frappes aériennes israéliennes à Rafah ont tué au moins 100 Palestiniens en une seule journée, défiant à la fois les appels internationaux à la modération et potentiellement l'ordre de la Cour internationale de justice. Plus d'un million et demi de personnes piégées à Rafah n'ont aucun endroit sûr où aller, et nombre d'entre elles ont déjà été déplacées à plusieurs reprises. Tous les espaces israéliens supposés sûrs ont été compromis, sans exception, ce qui prouve une fois de plus qu'il n'y a jamais vraiment eu d'endroit sûr à Gaza.

Notre appel à un cessez-le-feu immédiat et permanent est plus urgent que jamais, car les bombardements et le siège incessants d'Israël ont décimé Gaza et laissé la population civile palestinienne affamée, confrontée à la famine et aux maladies, tout en faisant obstruction aux tentatives d'atténuation de ses souffrances. L'offensive militaire israélienne a rendu pratiquement impossible pour nos agences collectives de fournir un travail humanitaire significatif et efficace, compromettant non seulement la sécurité mais aussi les principes mêmes qui guident nos efforts humanitaires. Rafah est le principal point d'entrée de l'aide et les bombardements empêcheront toute assistance de passer.

Le silence, et parfois le soutien matériel de l'armée israélienne par des nations puissantes, est le signe d'une complicité affligeante dans l'aggravation de la crise de Gaza. Que ce soit par le transfert d'armes, l'obstruction diplomatique aux résolutions ou le silence, ces actions ont effectivement accordé l'impunité à Israël. La situation déchirante à Gaza souligne la nécessité urgente pour les gouvernements du monde entier de mettre fin à la fourniture d'armes et de munitions utilisées dans ces atrocités. Nous demandons également un cessez-le-feu permanent pour protéger la vie des civils, la libération des otages et des Palestiniens détenus illégalement, ainsi qu'un accès total et sans entrave pour l'aide et les travailleurs humanitaires.

Les États ont la responsabilité juridique et morale de protéger les civils, de prévenir les crimes de guerre et de faire respecter le droit international. Nous exhortons tous les États à considérer que leur inaction ou leur soutien continu non seulement aggrave la tragédie, mais les implique également. Nous les appelons à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher de nouvelles offensives militaires et instaurer un cessez-le-feu permanent et global à Gaza.

 

Signataires :

Manuel Patrouillard, Directeur général de la Fédération Handicap International

Ana Alcalde,  Acting Secretary General, ActionAid International

Dr Agnès Callamard, Secretary General, Amnesty International

Charlotte Slente, Secretary General, Danish Refugee Council

Amitabh Behar, Executive Director, Oxfam International

Rob Williams, CEO, War Child Alliance

Faris Arouri, Director, Association for International Development Agencies

 

Je fais un don

Publié le : 19 février 2024

Pour aller plus loin

Rapport final Ukraine 12-12 Urgence

Rapport final Ukraine 12-12

Quelle aide les ONG du consortium 12-12 ont-elles fourni après 2 ans de guerre?

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.