Accès direct au contenu

Syrie : 7 ans sous les bombes

Urgence
Syrie
Sept ans de conflit, sept années de terreur  pour les Syriens. Dans les pays touchés par la crise syrienne, les équipes de Handicap International peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne victime d'une guerre marquée par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives.

Sept ans de conflit, sept années de terreur  pour les Syriens. Dans les pays touchés par la crise syrienne, les équipes de Handicap International peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne victime d'une guerre marquée par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives.

Les frappes aériennes de grande ampleur qui visent la Ghouta orientale depuis le 18 février 2018 ont fait plus de 1.100 civils tués et ont détruit d'innombrables infrastructures civiles, notamment des hôpitaux et des centres de santé. Dans le même temps, les bombardements et les tirs d'artillerie dans le centre de Damas ont fait des dizaines de victimes. Ces derniers mois, les offensives militaires accompagnées de frappes aériennes massives et de tirs d'artillerie ont tué des centaines de civils dans le gouvernorat d'Idlib, le gouvernorat de Rakka et le district d'Afrin.

Une attaque toutes les 15 minutes !

D'après une enquête de l'International NGO Safety Organization (INSO), 33 394 attaques comprenant des armes explosives ont été menées en 2017 en Syrie, soit 70 % des incidents signalés. Cela représente en moyenne 91 attaques par jour - soit une attaque toutes les 15 minutes - sous la forme de bombardements ou de tirs d'artillerie.

Dans son rapport «  Syrie, un avenir mutilé » [1], HI constatait que 53 % des blessures des victimes de la crise syrienne sont dues à l'utilisation d'armes explosives. Lorsque des armes explosives sont utilisées en zones peuplées, le nombre de victimes civiles atteint au moins 92 %.

Des conséquences à long terme

Le bombardement des populations civiles engendrent de terribles conséquences humanitaires : blessures graves et invalidantes, lourd traumatisme psychologique, déplacements forcés et appauvrissement de la population, destruction des infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), rupture du tissu socio-économique, etc.

Signer la pétition pour agir contre le massacre des civils!

Seule la mobilisation citoyenne peut permettre d'élaborer des solutions politiques et mettre un terme à ces bombardements. Handicap International demande ainsi au public de signer sa pétition internationale lancée dans le cadre de sa campagne «Stop Bombing Civilians» avec pour objectif de recueillir 1 million de signatures. Avec cette pétition, qui compte déjà 390 000 signataires. HI veut interpeller les Etats. Elle sera remise aux Nations unies et aux décideurs politiques en septembre 2018.

[1] Syrie, un avenir mutilé, » mai 2016

Pour aller plus loin

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

HI soutient les victimes de la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

HI soutient les victimes de la guerre

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé avec des lésions vasculaires qui ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. HI est à ses côtés.

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.