Accès direct au contenu

Syrie : 7 ans sous les bombes

Urgence
Syrie
Sept ans de conflit, sept années de terreur  pour les Syriens. Dans les pays touchés par la crise syrienne, les équipes de Handicap International peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne victime d'une guerre marquée par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives.

Sept ans de conflit, sept années de terreur  pour les Syriens. Dans les pays touchés par la crise syrienne, les équipes de Handicap International peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne victime d'une guerre marquée par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives.

Les frappes aériennes de grande ampleur qui visent la Ghouta orientale depuis le 18 février 2018 ont fait plus de 1.100 civils tués et ont détruit d'innombrables infrastructures civiles, notamment des hôpitaux et des centres de santé. Dans le même temps, les bombardements et les tirs d'artillerie dans le centre de Damas ont fait des dizaines de victimes. Ces derniers mois, les offensives militaires accompagnées de frappes aériennes massives et de tirs d'artillerie ont tué des centaines de civils dans le gouvernorat d'Idlib, le gouvernorat de Rakka et le district d'Afrin.

Une attaque toutes les 15 minutes !

D'après une enquête de l'International NGO Safety Organization (INSO), 33 394 attaques comprenant des armes explosives ont été menées en 2017 en Syrie, soit 70 % des incidents signalés. Cela représente en moyenne 91 attaques par jour - soit une attaque toutes les 15 minutes - sous la forme de bombardements ou de tirs d'artillerie.

Dans son rapport «  Syrie, un avenir mutilé » [1], HI constatait que 53 % des blessures des victimes de la crise syrienne sont dues à l'utilisation d'armes explosives. Lorsque des armes explosives sont utilisées en zones peuplées, le nombre de victimes civiles atteint au moins 92 %.

Des conséquences à long terme

Le bombardement des populations civiles engendrent de terribles conséquences humanitaires : blessures graves et invalidantes, lourd traumatisme psychologique, déplacements forcés et appauvrissement de la population, destruction des infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), rupture du tissu socio-économique, etc.

Signer la pétition pour agir contre le massacre des civils!

Seule la mobilisation citoyenne peut permettre d'élaborer des solutions politiques et mettre un terme à ces bombardements. Handicap International demande ainsi au public de signer sa pétition internationale lancée dans le cadre de sa campagne «Stop Bombing Civilians» avec pour objectif de recueillir 1 million de signatures. Avec cette pétition, qui compte déjà 390 000 signataires. HI veut interpeller les Etats. Elle sera remise aux Nations unies et aux décideurs politiques en septembre 2018.

[1] Syrie, un avenir mutilé, » mai 2016

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».