Goto main content

Tenir sur ses deux jambes : plus facile à dire qu'à faire

Réadaptation

Longini a neuf ans, il vit au Rwanda et a deux prothèses toutes neuves. Sa nouvelle paire de jambes inférieures était enfin prête au début du mois de novembre 2021. Longini a dû attendre un an et demi pour les recevoir, et le COVID-19 en est largement responsable ...

Longini peut à nouveau marcher grâce à ses prothèses, mais le chemin a été long pour y arriver.

Longini peut à nouveau marcher grâce à ses prothèses, mais le chemin a été long pour y arriver. | © S. Wohlfahrt / HI

Quand le virus est apparu au Rwanda au début du printemps 2020, toutes les écoles ont fermé. Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, le centre orthopédique où Longini devait recevoir ses nouvelles prothèses sur mesure se trouvait dans son l'école ...

En neuf ans seulement, Longini a déjà traversé beaucoup d’épreuves. Il n’a jamais connu son père, car il est mort quand Longini était encore dans le ventre de sa mère. Après la naissance de Longini, les médecins lui diagnostiquent une malformation des deux jambes. Longini n’a donc pas appris à marcher comme les autres enfants. Au contraire, à l'âge de trois ans, il subit une double amputation qui lui permettra de porter des prothèses plus tard dans sa vie.

Des rêves qui deviennent réalités

Trois ans plus tard, Elisabeth, la mère de Longini, lui trouve une place dans l'école inclusive HVP Gatagara, qui se situe à environ 70 kilomètres au sud de Kigali, la capitale du Rwanda. Longini peut aller à l'école : un rêve devenu réalité. Il suit alors les cours en restant en internat.

Cette école abrite aussi un centre de réadaptation et un atelier d’orthopédie. Handicap International soutient le centre et apporte également une aide financière aux familles pauvres qui ne peuvent pas se permettre de payer ces soins. A cette époque-là, Elisabeth ne peut pas payer non plus, à elle seule, deux nouvelles prothèses pour son fils. Mais grâce à l'aide de Handicap International, ce rêve devient aussi réalité. Pour la toute première fois, Longini peut marcher seul, à l'aide de deux prothèses faites sur mesure. Nous sommes en 2019, Longini a 7 ans.

Retour à la case départ

La vie n'est pas toute rose pour Longini et sa mère, mais au moins, il peut maintenant aller à l'école et faire les mêmes bêtises que ses amis.

Et puis, l'épidémie de COVID-19 arrive au Rwanda. Le gouvernement ferme toutes les écoles, une année scolaire entière part en fumée. Le centre de réadaptation de l'école n'est pas non plus autorisé à rester ouvert, tout juste au moment où Longini devient trop grand pour ses prothèses.

En un claquement de doigts, le virus anéantit les efforts conjoints de Longini, de sa mère, de l'école et de Handicap International.
Heureusement, l’année 2021 a apporté un peu de lumière dans cette période bien sombre. Les écoles ont rouvert leurs portes au début de l'année et Longini a pu à nouveau être équipé de deux nouvelles prothèses. Mais que nous réserve l'avenir ? Pour Longini, ses deux prothèses sont la clé d'une vie digne et équitable. L'accès aux soins de réadaptation sera essentiel pour lui, tout au long de sa vie.

 

Pour aller plus loin

Innovation: HI developpe un logiciel de teleréadaptation
© Photo C. Bachelerie / HI
Réadaptation

Innovation: HI developpe un logiciel de teleréadaptation

Au Vietnam, HI lance le logiciel OpenTeleRehab, conçu pour fournir des services de réadaptation aux populations isolées.

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale
© Benoit Almeras / HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale

A l’occasion de la Journée mondiale de la Paralysie Cérébrale, le 6 octobre, HI met l’accent sur l’importance de la prise en charge des enfants nés avec ce handicap.

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes Réadaptation

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.