Accès direct au contenu

Traité d'interdiction des armes à sous-munitions : le bilan, 8 ans après

Mines et autres armes
Le 1er août 2010, la Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions entrait en vigueur. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.
Un jeune homme amputé de la main gauche appuyé sur le mur de sa maison. A l'arrière-plan, sa femme tenant leur bébé dans les bras.

Le 1er août 2010, la Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions entrait en vigueur. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Quel bilan tirer depuis que la Convention d'Oslo est entrée en vigueur ? Selon le dernier rapport publié par l'Observatoire des sous-muntions en 2017, le nombre de personnes tuées ou blessées par des armes à sous-munitions a plus que doublé entre 2015 et 2016. On recense 971 victimes de ces armes en 2016 contre 419 en 2015. Les civils représentent 98 % des victimes de sous-munitions signalées dans le monde.

L'impact du conflit syrien

Le conflit syrien à lui seul a fait 89 % des victimes des armes à sous-munitions dans le monde en 2016, soit 860 victimes sur 971 !

La grande majorité des nouvelles victimes (857) ont été blessées ou tuées lors d'attaques aux armes à sous-munitions. Mais on rapporte également de nouvelles victimes de sous-munitions non explosées longtemps après la fin d’un conflit, comme 51 nouvelles victimes au Laos.

Progrès de l'universalisation de la Convention

Cependant, de réels progrès ont été accomplis pour l'universalisation de la Convention sur les armes à sous-munitions au cours des huit dernières années : la convention a été signée par 120 pays, dont 103 sont États Parties, ce qui en fait un puissant instrument de contrôle de ces armes... Les États sont de plus en plus enclins à faire des déclarations officielles lorsque ces armes barbares sont utilisées.

Des progrès significatifs ont également été réalisés pour leur élimination. Au total, 28 Etats ont achevé la destruction de leurs stocks, détruisant un total de près de 1,4 million d'armes à sous-munitions. A ce jour, cela représente la destruction de 97 % du total des stocks d'armes à sous-munitions déclarés par les Etats Parties.

Que sont les sous-munitions ?

Larguées d'un avion ou tirées du sol, les bombes à sous-munitions sont conçues pour s'ouvrir en l'air, libérant des sous-munitions sur une surface pouvant équivaloir à plusieurs terrains de football. Ils tuent et mutilent des civils et des combattants sans discrimination.
Jusqu'à 40 % de ces sous-munitions n'explosent pas à l'impact. Elles mettent en danger la vie des civils, parfois pendant des décennies après un conflit, et perturbent la vie économique et sociale des zones contaminées.

 

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droits Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle HI a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?
© Handicap International
Mines et autres armes

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.