Accès direct au contenu

Un thé pour Syrie 12-12, mais n’hésitez pas à faire plus !

Urgence
Belgique
A la veille de la journée d’action du 26 avril, le Consortium 12-12 lance un appel chaleureux et urgent à se réunir partout autour d’une tasse de thé, à organiser des collectes de soutien et à convaincre un maximum de gens à faire un don, afin de sauver plus de vies de victimes innocentes de la crise en Syrie.
Un thé pour Syrie 12-12

A la veille de la journée d’action du 26 avril, le Consortium 12-12 lance un appel chaleureux et urgent à se réunir partout autour d’une tasse de thé, à organiser des collectes de soutien et à convaincre un maximum de gens à faire un don, afin de sauver plus de vies de victimes innocentes de la crise en Syrie.

En Syrie, la situation continue à se détériorer de manière accélérée, provoquant une augmentation sensible des besoins financiers pour l’aide humanitaire. Selon les Nations unies, plus de 6 millions de personnes dépendent maintenant des secours. Plus de 4 millions de Syriens sont déplacés dans leur propre pays et 1,4 million ont trouvé refuge dans les pays voisins.

Le Consortium 12-12 appelle à une mobilisation forte et continue jusque fin juin.
Les dons sont les bienvenus jusque fin 2013 au minimum.

Syrie 12-12 espère que dès demain, le vendredi 26 avril, des actions de soutien seront organisées dans tout le pays, dans les entreprises, les écoles, à la maison, dans des lieux publics ou sur des places. Le modèle de base proposé est “Un thé pour Syrie 12-12”. En effet, en Syrie, offrir du thé aux invités est un rituel de convivialité. Ici, cela peut être l’occasion de s’arrêter quelques instants sur une des crises humanitaires les plus graves du moment, à moins de 3.000 km de chez nous.

Offrir du thé, c’est un geste simple. Syrie 12-12 souhaite que le public y associe une collecte de fonds qui contribueront à financer l’aide humanitaire dans les prochains mois.

Apporter et distribuer de l’aide d’urgence coûte de l’argent. Des dons même modestes peuvent déjà faire la différence. Voici quelques exemples :

• Soigner un enfant de la diarrhée coûte 4 €
• Donner 20 litres d’eau potable à une famille coûte 20 €
• Offrir du riz, des haricots secs et de l’huile végétale à une famille pour une semaine, 40€
• Réaliser le suivi médical rigoureux de cinq femmes enceintes, 100 €
• Scolariser 80 enfants coûte 180 €

Cinq suggestions pour les initiateurs d’action 

• Enregistrer l’action sur www.1212.be
• Produire son propre matériel de promo avec les éléments disponibles sur www.1212.be ; prévenir la presse locale
• Acheter thé noir, cannelle et cardamone, préparer le thé selon la recette
• Réunir des gens, regarder les films de www.youtube.com/consortium1212, distribuer le dépliant d’action et encourager à faire des dons. Ou faire circuler une théière -tirelire pour Syrie 1212.
• Verser l’argent récolté pour les réfugiés syriens via un don en ligne sur www.1212.be

Les cinq organisations du Consortium 12-12 utiliseront ces dons pour continuer et étendre leurs 100 projets en Syrie et dans les pays limitrophes. Ces organisations se portent garantes de la bonne utilisation des fonds en faveur des victimes de la crise. Après chaque campagne, un rapport est présenté en toute transparence.
 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.